Un « navjote » à Bombay !

Fait rare, nous avons été invités à une fête de navjote.

Un navjote chez les Parsis, c’est un peu… une bar-mitsvah. Ou une bat-mitsvah en l’occurence, puisqu’il s’agissait de fêter selon les rites parsis le passage à l’adolescence et l’entrée dans le zoroastrisme des filles d’une amie.

Et l’occasion était rare et belle, celle de participer à une fête familiale importante et typiquement bombayite. De plus, les Parsis sont très peu nombreux (selon différents chiffres, 70 000 dans le monde, 56 000 à Bombay), cette communauté vieillit et se sclérose du fait de luttes intestines (essentiellement sur la transmission de la « parsitude ») et cela nous permettait enfin de mieux comprendre cette religion et cette communauté spécifique à Bombay (car les Parsis venus d’Iran en Inde ne sont pas les zoroastriens d’Iran : les différences sont réelles).

Navjote 2

Photo prise ICI.

La première chose ? Des similitudes étonnantes avec le judaïsme, du fait de la proximité régionale d’origine, qu’il s’agisse de la notion de transmission de la religion par un des parents (ou les deux, selon le dogme en la matière), de l’oscillation pendant la prière et de la répétition des mots et des phrases pendant celle-ci, ou la réception ce jour-là d’une chemise et d’une cordelette permettant de prendre part désormais aux prières.

En tant que non-Parsis, il nous est interdit d’entrer dans l’enceinte d’un temple et dans le temple lui-même (les Parsis, pour être accueillis au Gujarat lors de leur fuite d’Iran au VIIIè siècle, avaient accepté en contrepartie de ne jamais faire de prosélytisme : de ce fait, le plus simple pour ne pas en être accusé était d’interdire l’entrée des temples). N’ayant pas une double ascendance parsie, ces jeunes filles ont du recourir à un prêtre dissident, et la cérémonie a du alors avoir lieu au domicile de la famille. Ultime aboutissement d’une règle dont les fondements ne sont plus d’actualité aujourd’hui et deviennent contre-productifs.

Pour ma part, j’ai apprécié ce moment familial, au milieu d’Indiens parlant un anglais parfait, voir aussi les femmes parsies en sari, fait rare dans cette communauté tant elle s’est rapidement occidentalisée au XIXè siècle : et quand vous croisez de vieilles dames parsies, elles sont la plupart du temps vêtues d’un jupe aux genoux et d’un polo de couleurs pastels, les cheveux courts et parlant un anglais délicieusement parfait et cultivé. Et les saris alors ? Magnifiques, scintillants, souvent porté avec le pallu jeté sur l’épaule droite, comme les Gujarati (les Hindoues des autres régions le portent toujours sur l’épaule gauche).

Voir aussi un temple parsi (même de l’extérieur) et ses alentours décorés et illuminés, puis s’installer aux grandes tables alignées les unes derrière les autres. Les invités s’assoient, à l’un des deux ou trois services, les uns à côté des autres (pas en vis-à-vis !) et les serveurs viennent disposer des feuilles de bananier devant toi pour que tu puisses manger dessus, te proposent des boissons (soda au citron, jus de mangue, Coc* mais surtout Raspberry soda : LA boisson parsie par excellence, du Rinathi*l enfants si tu veux savoir quel goût ça a !). Puis, les serveurs déambulent avec d’énormes plateaux chargés de spécialités que nous avions déjà goûtés dans les restaurants parsis de Bombay et que nous étions très contents de retrouver : chips de tapioca, poulet en sauce légère et poisson en sauce blanche et sucrée, sali boti (curry de mouton recouvert d’allumettes de pomme de terre), pulao au mouton (riz cuit et épicé), accompagné de chutney et de chapati.

Nous avons croisé le prêtre, fort sympathique, et j’avoue : j’adoooooore leur tenue ! Toute simple, toute blanche, avec deux rubans noués sur la poitrine et le ventre, sans chapeau parmi nous mais le portant dans le temple (j’ai regardé par la fenêtre…).

Navjote

Non, je n’ai pas pris de photo : car tout simplement je voulais profiter pleinement de ce moment, des conversations sans chercher à saisir tel moment ou telle vue. Il te faudra donc te contenter de mes mots !


HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

27 commentaires

  1. Aaahhhh je suis contente que tu te sois bien amusée!
    Moi j'aurais juste voulu voir quelle tenue tu avais choisi! 😉
    Mais tu as eu raison d'en profiter pleinement, c'était une occasion rare! Et tu la racontes fort bien juste avec tes mots!

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Shaya : j'ai choisi finalement quelque chose de discret, pantalon noir et tunique blanche, tu sais celle en "chikan" dont j'ai parlé il y a quelques jours, avec de beaux bijou en ambre pour rehausser le tout de couleurs... C'était le moment fashion des commentaires 😉 !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ El Fennec : oh, il ne faut pas. Tous les temples parsis sont accessibles au non-Parsis hors d'Inde : tu pourrais aller faire un tour du côté du temple de Paris (Michel y était allé) et essayer de voir si un "navjote" est prévu ?

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. Waouuuu, génial d'habiter dans ce genre de pays pour pouvoir profiter à fond de tous ces rites si loin de nous (je parle pour moi ...)

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Faustine : à Paris, tu peux aussi assister à des cérémonies très étonnantes (dans les églises orthodoxes par exemple ou au temple hindou du XVIIIème arrondissement, ou encore à la pagode de Vincennes) mais c'est vrai que l'on y pense moins.

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. Pour être invitée à une telle cérémonie c'est que tu es très appréciée ! J'adore découvrir des cultures différentes et rencontrer des gens, c'est tellement enrichissant. Les voyages me manquent !

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Leoetlisa : oui, on en profite tant que l'on peut, et le fait d'habiter dans un pays aux cultures aussi variées permet de faire des découvertes presque chaque jour !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Angie : la cérémonie en tant que telle s'est déroulée en famille en privé, mais la fête était avec les amis et les prêtres !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  4. Mais t'étais là-bas en tant qu'anthropologue ou quoi? : )
    Raconte nous du croustillant ! : )

    Et pratiquement ça consiste en quoi le zoroastrisme? : )

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ M1 : absolument, comme toujours ! Mais le croustillant ça me connaît : les beignets étaient délicieux ! Poulet, "surmai" ("kingfish"), miaaaam ! 😉 Et le sari de mon amie était absolument splendide (blanc, avec des strass partout...).
      Le zoroastrisme, c'est un monothéisme moyen-oriental qui implique de croire en un Dieu (Ahura Mazdâ, d'où l'origine dans le mazdéisme) et de vivre dans la notion de conflit permanent entre le Bien et le Mal, avec le feu purificateur au centre. Et puis tu mets une photo de Zarathoustra au-dessus, c'est mieux ! Il y a quelques distinctions avec le parsisme, le zoroastrisme pratiqué en Inde par ceux qui ont fui les persécutions en Iran au VIIIè siècle et qui sont arrivés au Gujarat. Au quotidien... euhhh... à part être très cultivé, avoir vécu à l'étranger, parler un anglais sublimissime, je ne sais pas trop 😉 !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  5. Et avec tes mots c'est tellement bien raconté qu'on s'y croirait. En tout cas c'est enrichissant de pouvoir approcher les autres cultures et leur religion.... puis j'ai faim tiens ....poisson sauce blanche sucré,miam et le riz il doit être hyper parfumé oh la la, j'adore le riz.... bon je vais aller petit déjeuner tiens !!!

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  6. Une belle initiative, ce témoignage, car il semble que les Parsi détiennent la plus ancienne forme de monothéisme connue, et c'est une religion que ne désavoue ni le Boudhisme ni le christianisme (j'entends bien selon les évangiles)

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *