Villes indiennes sous la pluie…

Mousson Delhi 10

Après une averse particulièrement violente, l’eau monte d’un coup :

on est à quelques centaines de mètres de l’aéroport de Delhi.

La mousson est un phénomène climatique qui advient chaque année en Inde. C’est un phénomène prévisible, non en terme de durée et de quantité, mais on sait qu’il pleuvra, et sans doute beaucoup, pendant trois ou quatre mois, et que le reste de l’année ne verra presque pas une seule goutte de pluie.

C’est pour cette raison précise qu’aucune ville indienne n’est préparée à la mousson : aux premiers jours de pluie, les rues sont éventrées, le revêtement concave, les bouches d’égout ouvertes (des siphons parfaits pour tomber dedans)… Et cela semble tout à fait logique.

On dit que l’Inde se modernise, est le géant de demain ? Nous qui voyons les infrastructures réelles chaque jour, l’absence de prévoyance et de simple bon sens qui feraient que l’on vérifie les toitures, les ouvertures, le revêtement, les canalisations quelques mois avant la mousson et non le jour-même de son commencement ou pire, en pleine mousson, ne pouvons que soupirer en secouant la tête. Même en s’écartant autant que faire se peut de tout néocolonialisme, le prétendu géant indien a encore beaucoup de chemin à faire.

Chaque année, chaque pluie diluvienne engendre le chaos, des embouteillages monstres, des affaissements de maison, des glissements de terrain, des morts non parce que l’eau monte mais parce le reste s’écroule, alors même que les travaux d’infrastructure sont une des priorités en Inde. Alors, les gens ici se parent de mauvaise foi et invoquent la corrosion des routes et bâtiments par l’eau, des métaux, du ciment, du béton ? Ce à quoi tu réponds non, corruption. On te dit imprévisibilité du phénomène ? Non, imprévoyance manifeste et généralisée dans un pays somme toute tellement fataliste qu’on y fait comme si ce qui était absolument prévisible ne l’était pas, car cela demande un peu de temps, d’argent, de cohésion et de cohérence pour parvenir à une solution.

Et la question que tout le monde se pose au final est la suivante : si un phénomène régulier ne peut être au moins circonscrit, qu’en est-il du reste ? Au début, on a parfois envie de baisser les bras en Inde ; puis, cela devient plus fréquent et plus intense, à mesure que le nombre de maisons s’écroulant sur de pauvres vieillards s’accroît, que les pistes d’aéroport sont inondées, que les routes s’écroulent sur les bidonvilles, que l’eau soit bloquée et déborde de canalisations jamais entretenues et pourtant destinée à la faire s’écouler.

Un exemple parmi tant d’autres ?

Voici quelques images de Delhi, la capitale du pays, aux abords immédiats de son aéroport destiné à devenir le hub du pays dans quelques mois puisque la ville accueille les Jeux du Commonwealth en octobre et qui subit une mousson annuelle depuis la nuit des temps. Au moins.


HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

11 commentaires

    • @ Le Journal de Chrys : et même après avoir vu ça déjà plusieurs fois, on n'en revient toujours pas. Encore moins quand c'est à quelques mètres de l'aéroport !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  1. La solution? équiper tout le monde en jet-skis : ) ça va être fun niveau circulation, déjà que c'est le bordel : )
    Et pour les Tuc Tuc, il faudra les remplacer par des air boats : )
    http://tinyurl.com/2e66284

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. Je n'ai jamais autant pensé à toi qu'en ce moment, quand arrive l'heure des infos ... Et toi, ça va avec tout ça ? Même si je sais que tu es habituée ?

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Faustine : merci beaucoup, mais en fait les inondations sont dans l'extrémité nord du pays. A Bombay, il pleut régulièrement mais il n'y a plus de très grosses averses (et le sol est presque habitué, ce qui n'est pas du tout le cas au Ladakh).

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. Quel blog formidable qui nous permet de voyager tout en restant chez soi (et surtout les pieds secs !)

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Sandra de Nouméa : merci beaucoup ! Je t'avoue qu'en prenant ces photos, j'avais la chance d'avoir aussi les pieds au sec (sinon, je les aurais photographiés recouvertes d'eau, hihihi !).

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *