India : corrupted people ?

Corruption Board

Sur la porte d’entrée d’un distributeur…

Depuis quelques mois, on parle beaucoup de corruption en Inde. Enfin, plus que d’habitude, les effets de manches et d’annonce n’ayant jamais porté leurs fruits jusqu’à ce qu’Anna s’y mette. Anna ? C’est un homme, déjà ça commence bien, Anna Hazare activiste marathe qui a entamé une grève de la faim en avril dernier puis il y a trois jours à nouveau, grève également relayée par Baba Ramdev en juin, pour que soit mise en place une véritable lutte contre la corruption en Inde. Faire bouger le gouvernement, d’aucuns diraient le faire tomber, ce gouvernement du Congrès honni-et-mollasson-tous-pourris. En tout cas, les médias se gargarisent des images de ce néo-Gandhi, arrêté qui plus est, et des milliers de gens qui ont décidé de faire grève pour défiler et soutenir Anna*.

Le pays est tenu en haleine, le reste du monde s’en fiche.

Mais comme la corruption et l’Inde est une vieille antienne dont il fait bien de parler entre expats pour se faire frissonner, sourire et hocher la tête avec un air concerné, je vais te raconter comment moi, expatriée à Bombay depuis trois ans et vadrouillant en Inde dans tous les sens et dans toutes les conditions, j’ai expérimenté la corruption indienne.

*** Scènes indiennes d’une vie corrompue ***

(Ceci n’est pas ce que tu crois)

Oublie les grands scandales, oublie les noms que l’on aime voir traînés dans la boue, en Inde encore plus qu’ailleurs tant la vindicte populaire d’un peuple soumis aime voir tomber ses puissants, du point de vue des expatriés en Inde la corruption active se fait à petite échelle et à chaque fois que nous aurons affaire directement aux autorités indiennes. Sans pour autant que l’argent passe entre nos mains… On le sait pertinemment, on souhaiterait lutter contre mais… il faut se battre sur tant d’autres éléments concrets que l’on fait le choix de laisser les choses être huilées pour nous.

La corruption en Inde au quotidien, c’est quand je vois ma voiture arrêtée par deux policiers nonchalants, pour un marquage au sol ambigu. Ma voiture repartira dans les 2 minutes après qu’un billet de 50 roupies a changé de mains. Cela facilite les choses, plutôt que le chauffeur ne voit confisqué son permis de conduire (donc attente pendant des heures au commissariat pour payer l’amende et le récupérer). C’est aussi quand des amis, lors de l’inscription obligatoire auprès du commissariat de quartier quand un étranger s’installe, se voient exiger de payer 5000 roupies alors que l’inscription est gratuite. Les policiers, sous-payés, y trouvent leur compte : cela met un peu de ghee dans les palak

La corruption en Inde au quotidien prend un aspect rocambolesque avec ce moment qu’attendent avec impatience tous les étrangers, l’enregistrement obligatoire au FRRO sur son lieu de résidence. Un calvaire absolu, notamment pour ceux qui n’ont pas la chance d’être employés par une grande entreprise ayant pignon sur rue et réseau afférent. Des dizaines de personnes attendent pendant six, sept, huit heures d’affilée, dans une pièce exiguë et peu ventilée et… tout à coup une des fonctionnaires en charge vient me chercher. Je passe devant tout le monde, malgré les cris de protestation d’une femme avec un bébé qui attend depuis trois heures. Je rougis, mais je dois y aller. Je sais que je n’aurai pas à revenir deux fois pour un nom mal aligné ou une marge trop étroite sur mes papiers. Moi, j’aurai attendu 25 minutes seulement. Pourquoi ? Parce que l’entreprise qui nous expatrie a recours à un « facilitateur » qui, grassement payé, connaît toutes les astuces de la paperasserie indienne et surtout connaît très bien cette fonctionnaire. Il lui parle si près de la joue qu’elle ne peut être que sa soeur ou sa femme. Il empoche donc sa commission, l’argent donné par l’entreprise pour graisser la patte d’une fonctionnaire qui est en réalité sa femme : c’est tout bénéf’…

Et puis la corruption au quotidien, c’est ce guichetier de la Residency de Lucknow, qui exige à la sortie du site le billet d’entrée. Refus de ma part, j’ai déjà expérimenté à Cuba, il insiste, je refuse à nouveau, il me dit que c’est pour tenir les comptes. C’est surtout pour revendre une seconde fois officieusement le billet à un touriste qui ne fera pas attention qu’il ne provient pas directement du talon. Petit détournement, 250 roupies, ce n’est pas bien grave et moi qu’est-ce que cela me fait finalement… mais c’est autant d’argent qui ne rentre pas dans les caisses de l’Etat.

Et chaque jour à Bombay ? Les travaux pour rafistoler les rues. Etrange… chaque année, réellement chaque année, les mêmes travaux. Au même endroit. Nids de poule qui finissent par être des cratères, qui détruisent les châssis, rendent encore plus chaotiques et cahoteux les trajets dans la ville. Réseau d’égouts ou d’adduction d’eau, même chose. On se pose tous la question, comment est-ce possible d’accomplir des travaux avec autant d’incompétence pour qu’un an plus tard ce soit déjà en ruine… Et quand on questionne les voisins, les amis ? Toujours la même réponse et un air entendu : les promoteurs choisissent consciemment des matériaux de qualité médiocre et salopent volontairement le travail pour être sûrs d’être rappelés l’année suivante, les fonctionnaires étant complices pour attribuer l’appel d’offre.

Des histoires comme ça, j’en ai par centaines. Des billets contre un passe-droit, un privilège, pour une place, pour une opportunité, pour ralentir ou accélérer…

*** Si j’étais Flaubert, je dirais : ***

*** la corruption, il est de bon ton de la déplorer, mais intelligent d’y recourir ***

Savoir si tout ce qui se dit sur la corruption dans l’immobilier de Bombay, les examens universitaires, les Jeux du Commonwealth et les dernières élections est vrai ou faux n’est pas le problème : tout le monde croit que c’est vrai, tout le monde sent que cela peut être tellement vrai. La corruption, instituée et visible à travers les scandales qui défraient chaque jour la chronique, est en fait avant tout… un état d’esprit global, une réceptivité à l’évidence de la corruption. Je ne parle pas de morale ou de principe, mais de pragmatisme.

Pour les Indiens comme pour les expatriés, quand on vous ressasse à longueur de temps qu’allonger un billet facilite les choses, que tu as été bien bête de ne pas aligner l’argent, qu’untel pour obtenir son permis de conduire indien au RTO n’a eu qu’à attendre et passer une enveloppe rembourrée sous la table, qu’un autre victime d’un accident de la route est menacé de chantage par la police (il est Occidental donc a de l’argent donc doit payer, pour résumer rapidement), et qu’en allongeant l’argent il peut éviter les problèmes, quand on prend conscience que toutes ces assertions sont confirmées par notre propre expérience, dans les administrations comme dans la rue, qu’un contrôleur de train comme par enchantement vous trouve moyennant finance une couchette alors que le train est rempli à ras bord, on finit à ses principes et à son corps défendant par comprendre que la corruption n’est en Inde au premier chef ni une question de misère, ni une question de principes ou d’éducation, ni une question de démocratie ou de développement, mais simplement de la Realpolitik appliquée à la vie quotidienne. Pas de grandes considérations éthiques, il s’agit seulement du plus pur pragmatisme indien : ça marche, donc j’aurais tort de m’en priver.

Lutter contre la corruption ? Une belle et nécessaire et noble cause, chapeau bas à Anna d’avoir su attirer l’attention des médias, et espérons que le sujet soit pour eux plus d’un feu de paille. Mais avant de lutter contre les grands pontes, les grands noms, faire du scandale, il faudrait tout simplement augmenter très nettement les salaires des fonctionnaires. Ah… mais c’est vrai… pour cela il faudrait s’assurer que tous ceux qui devraient payer des impôts les paient réellement…


* Attention toutefois, sachons raison garder : nous sommes en Inde. Méfions-nous des chiffres : dans la démocratie du grille-pain, les milliers et milliers de manifestants sont avant tout fonction d’une population extrêmement importante (je rappelais sur Twitter que 15 000 manifestants en Inde ne correspondent somme toute qu’à un rassemblement de 1050 personnes en France, on réunit assez rapidement 1000 personnes en Inde, il suffit de regarder n’importe quel quai de gare…) et d’une manipulation de la foule bien souvent rémunérée. Vote pour moi, va battre le pavé pour moi, monte sur un camion pour moi, et tu auras un grille-pain. Je ne dénigre pas le mouvement lancé par Anna Hazare mais prenons des pincettes quand il s’agit de parler de chiffres et de mouvement politique populaire d’ampleur en Inde…

HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

17 commentaires

  1. Même quand tu es simple touriste, tu dois y faire face ...
    Au bout d'une semaine, ma moitié avait très bien compris comment obtenir des places en wagon 1° classe climatisée alors qu'ils étaient censés être complets ...
    Il prenait nos billets en non climatisé au guichet et ensuite aller toper le contrôleur sur le quai pour qu'il les change...

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Isa : oui, tu as absolument raison ! On s'en rend compte très vite et comme ton conjoint, on fait comme tout le monde, on tend un billet, parce que si l'on suit de grands principes... on n'aura pas de place 🙂

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. Merci pour cet article très intéressant une fois de plus et instructif. Je n'ai jamais eu affaire en direct à de la corruption, et j'ai bien de la chance ! Mais ça finira bien par m'arriver aussi.

    J'espère qu'Anna, ainsi que les récentes arrestations seront l'amorce d'un changement en Inde... Bien dit pour le salaire des fonctionnaires. Notamment les policiers qui n'on autre choix que de faire appel à la corruption pour pouvoir gagner correctement leur vie.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Moushette : de rien ! En fait, la corruption active, concrète, devant nos yeux, est relativement rare... en revanche, je pense qu'en creusant pour savoir comment l'agence a eu les billets de train à la dernière minute, ou qu'untel a eu telle autorisation ou telle opportunité pour nous, on trouve rapidement de la corruption.
      Il y a un réel problème du côté des fonctionnaires, qui je pense ne sont pas plus malhonnêtes qu'ailleurs mais vue la paie...

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. aie aie aie,de biens mauvais souvenirs(notre mariage en Inde,ben oui...),un visa qui se termine pour moi,un scribouillard qui refuse d'apposer un tampon,un bus a prendre le soir pour Delhi au fameux office of foreign affairs,notre refus de graisser la moindre patte(et la moindre feuille de palaak),notre avocat qui pete les plombs dans le bureau du grand chef,pfffff.Une vraie plaie cette corruption,comme dit mister india,les trois fléaux de l'inde ce sont la surpopulation,le manque d'éducation et la corruption ,et que ça n'est pas près de s'arranger!
    Baba ramdev,baba ramdev,il serait pas accusé d'évasion fiscale ,par hasard?ahahahah ils me font bien rire ces renonçants( gurus a la noix de cajou ,ouais!

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
        • EN effet Chouyo, ca fait partie des pétages de plomb régulier les cris de corbeaux...On va ajouter les superviseurs de superviseurs de superviseurs qui se la jouent cadre sup très cons:

          une anecdote : Il y a une supérette a pondy qui s'appelle le NILGIRIS (à déconseiller fortement) , une amie française de passage à pondy il y a un mois me demande d'aller vérifier et de lui expédier des détails sur les thés Bio qu’elle a repéré dans cette supérette.J'y vais armé d'un bout de papier et je commence a noter les marque, les prix...Ya une nana qui me demande ce que je fais, je lui dit poliment que je relève les prix pour un ami, évidemment elle parle anglais comme une vache indienne et ne comprends rien, je lui dit d'aller chercher son manager, ya un autres gars qui se pointe, pareil avec un anglais de merde et qui me dit que c'est interdit. J’explique de nouveau et je retourne reprendre les prix.. il insiste, je lui demande ou est le panneau d'interdiction... Il persiste a me dire que j'aurai du demander sa permission, je lui dit d'aller chercher un vrai manager dans ce cas, il se vexe et s’énerve et dit qu'il va appeler les flics, je lui dit que c’est pas la peine, il y en a un juste devant le magasin qui fait la circulation et je l'invite a aller le voir avec moi... Nous arrivons a l'entrée du magasin et là il n'est plus dernière moi... et me dit de partir et la devant tous les clients je lui lance un F...ing AS... (toute façon y comprennent pas les insultes en anglais ici...)et je quitte les lieux sachant que je ne suis pas prés d'y retourner...Vie quotidienne dans une ville soit disant touristique...Une conséquence neurologique du bruit?

          HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Zaneema : oh oui, ça a du être totalement fou !!! Tes souvenirs de l'Inde me passionnent, tu sais ? J'adore le regard que tu as, et aussi celui de Mister India 😉
      Mouahahah ! Exactement 🙂

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  4. Quelques jours d'absence ici, et j'y retrouve toujours ta pertinence et ton humour avec le même plaisir. Et puis je repense à la Russie... au passage de la douane hyper stressant avec un instrument de musique, à un copain éméché qui s'est fait racketter par les flics en rentrant à l'hôtel.
    Ton appel à relativiser en s'aidant des chiffres me fait penser à un truc que j'ai sous le nez en ce moment : pour avoir le droit de laisser son gros chien méchant dans un bled de montagne en France, combien d'apéros faut-il payer au maire ? 🙂

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Nekkonezumi : merci ma chère Nekkonezumi !
      Ah oui, la Russie, je n'y suis jamais allée mais j'ai l'impression que c'est une donnée incontournable... Racketté en rentrant à l'hôtel ? C'est dingue !!!
      Hihihi, bonne question ! Tu as eu la réponse ? 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
      • M1/Chouyo :

        Connaissez vous la série américaine qui s'appelle Outsourced ?

        Qui raconte la délocalisation d'un service client d'une boite de farces et attrapes américaine en inde. Un jeune Manager américain débarque donc en inde et se retrouve avec une équipe de salariés indiens qui représente biens tous les stéréotypes de l'indien et reproduit des situations cocasses basées sur les incompréhensions mésententes, préjugés, a-priori, chocs culturels/économiques etc.. entre les Usa (mais ça pourrait très bien être n'importe quel pays européen) et l'inde. C'est une série en anglais (on peut trouver les sous titres en français), en 22 épisodes de 40 min datant de 2010, jamais diffusé en France...Il semblerait que ce soit inspiré d'un long métrage du même nom que je n'ai pas vu.

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Outsourced_%28s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e%29

        Trailer :

        http://www.youtube.com/watch?v=_wR3LhFlgGo

        Les critiques disent que c'est exagéré et pleins de clichés/préjugés, mais moi j'ai l'impression de vivre ça tous les jours... En plus les acteurs indiens son excellents.

        HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • M1/Chouyo

      Connaissez vous la série américaine qui s'appelle Outsourced ?

      Qui raconte la délocalisation d'un service client d'une boite de farces et attrapes américaine en inde. Un jeune Manager américain débarque donc en inde et se retrouve avec une équipe de salariés indiens qui représente biens tous les stéréotypes de l'indien et reproduit des situations cocasses basées sur les incompréhensions mésententes, préjugés, a-priori, chocs culturels/économiques etc.. entre les Usa (mais ça pourrait très bien être n'importe quel pays européen) et l'inde. C'est une série en anglais (on peut trouver les sous titres en français), en 22 épisodes de 40 min datant de 2010, jamais diffusé en France...Il semblerait que ce soit inspiré d'un long métrage du même nom que je n'ai pas vu.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Outsourced_%28s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e%29

      Trailer :

      http://www.youtube.com/watch?v=_wR3LhFlgGo

      Les critiques disent que c'est exagéré et pleins de clichés/préjugés, mais moi j'ai l'impression de vivre ça tous les jours... En plus les acteurs indiens son excellents.

      Bon c'est pas made in Bollywood mais ma toute petite culture bollywoodienne me dit que le système ne serait pas probablement capable de s'auto-critiquer suffisamment pour tourner ses propres comportements en dérision...

      Les guignols de L'info existent ici ?

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  5. Je ne connais pas du tout ce visage de l' Inde. Les médias ne semblent pas s' y interesser.
    Ca me fait pourtant, tout proportion gardée penser au Mexique, mais les morts en moins, ça n' interesse pas le reste du monde et c'est dommage

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Madamezazaofmars : je pense que l'on en parle quand même, mais plus dans des reportages sur des sujets précis où l'on finit toujours à un moment par évoquer la corruption...
      Absolument, et le nombre de morts à chaque fusillade, à chaque règlement de comptes, croît...

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *