Le (fameux) kebab au chocolat…

Florence Kebab au chocolat 4

Tu t’en pourlèches déjà les babines.

Le gourmand qui sommeille en toi, avide de sensations fortes et de découvertes improbables du bout du monde, a les lèvres qui lui démangent de plonger dans des saveurs inconnues et le ventre impatient… Et il est évident que moi aussi : gourmande je le suis, et encore plus si c’est étrange, coloré, parfumé, si ça a une tête bizarre, si ça se mange entier vivant et avec les pattes. Mais finalement c’est presque devenu si convenu avec l’aventure sur les écrans télé que j’ai décidé de te choquer réellement. De chat, de rat, de chien il ne sera point question, mais de… kebab.

Mais pas n’importe lequel : un vrai kebab turc, écrit en partie en turc, où le vendeur a les yeux de la Sublime Porte et la moustache de l’Orient (slogan : « la Turquie, l’autre pays de la moustache »…). Moi qui ne renie pas de temps à autre le moelleux d’un pain dégoulinant de sauce rempli de viande salée, grillée, grasse (quelle qu’en soit la provenance ou la composition : le régressif gastronomique a d’autres critères non moins importants !), je ne pouvais laisser passer l’occasion de goûter ce que proposait une petite boutique de la via dei Servi à Florence: si mon but premier était l’Ospedale degli Innocenti, ma quête fut interrompue par… le Choco’Kebab.

Un restaurant minuscule, une broche, une pelle métallique, un petit racloir, la broche tourne et la vitrine offre au regard les pots de sauce et toppings que l’on imagine déjà recouvrir sa pitance. Un vrai kebab, n’en doute pas un seul instant.

– Salad’tomat’oignons ?

Ah non. Là c’est plutôt :

– Noisett’chantilly’pistache ?

Florence Kebab au chocolat 5

Florence Kebab au chocolat 3

Florence Kebab au chocolat 2

Florence Kebab au chocolat

Une crêpe épaisse, les arabesques de chantilly voluptueuse, les noisettes écrasées et pistaches concassées, les copeaux de chocolat au lait et de chocolat blanc lentement grattés sur la broche qui viennent fondre dans la crêpe réchauffée. Plier, replier. Savourer. Et c’était… vraiment bon.

C’était aussi une expérience totalement florentine. CERTAMENTE !!!

Note : et tu trouves même une vidéo pour te montrer tout ça en musique !

HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

4 commentaires

  1. Alors que je venais de l'inventer en lisant ce billet, j'apprends que le Chocolate Dosa existait déjà : http://chopsticksandmarrow.com/2013/02/behold-the-chocolate-dosa/

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *