Work in India – Femme du monde

Il y a mon amie Neena.

Elle est gentille, intelligente, vive. Elle a un appartement de 200m² dans un immeuble très cossu du sud de Bombay, avec une gigantesque baie vitrée sur la baie d’Elephanta. A Bombay, c’est l’équivalent d’un hôtel particulier sur l’Île Saint-Louis… Neena appartient à la bonne société de Bombay, à l’excellente société de Bombay même. De celle qui a le temps de voir venir la hausse des prix, qui a le temps de ne pas augmenter le salaire du petit personnel payé au noir, toujours. Et qui a le temps, tout court.

Neena, je suis passée lui dire bonjour tout à l’heure, à l’occasion d’une réunion à laquelle je devais assister près de chez elle. Nous étions dans l’entrée, l’une en face de l’autre :

– Oui, je cherche du travail, hors d’Inde s’il le faut, besoin de retrouver mon indépendance et un statut, de continuer à progresser, apprendre et construire quelque chose.

– Oooooh (à faire avec les deux mains pressées sur les joues), comme je te comprends !!! Moi aussi, je suis comme toi !!! Je ne peux pas passer mes journées à m’occuper seulement de mon fils et de ma maison…

[C’est là, exactement là, où un de ses domestiques est passé entre nous, avec veste blanche et pantalon noir, armé d’un plumeau. Je ne rigole pas.]

… c’est telllement important de pouvoir rester active ! Aller voir un film l’après-midi si on veut ou prendre un café avec des amies !!!

[C’est là où j’aurais nettement eu besoin que le susdit domestique repasse, s’arrête entre nous, pour masquer mon regard fixe et ma bouche presque pas crispée mais un peu quand même…]

asmi ad priyanka chopra1

HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

39 commentaires

  1. Mouaif! C'est tellement typique. Cette oisiveté recherchée et voulue par les femmes ici est impressionnante. Mais c'est aussi une question de statut, pourquoi travailler (et te fatiguer) si ton mari ou ta fortune personnelle te permet de rester chez toi à te FAIRE faire les ongles tout en donnant des instructions aux domestiques? Franchement...! Je crois que nous n'avons encore rien compris en occident, c'est ça, nous nous fourvoyons dans la quête de l'accomplissement personnel par nos actions au quoditien et la définition de soi par son travail. C'est so 2009 ce truc!

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. mais il y a des tas de choses beaucoup plus intéressantes à faire quand on ne travaille pas que se faire les ongles. Trust me, I know.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Patricia : ohhhh oui, bien sûr ! Tu en es la preuve, moi aussi, et plein d'autres femmes ! Mais là, il y a eu un fossé culturel qui s'est ouvert entre elle et moi, et cela faisait peut-être six mois que je n'y avais pas été confrontée !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. Vaste sujet... on le sait le travail n'est pas toujours source d'épanouissement mais il nous est nécessaire pour nous positionner dans la société. Pas toujours facile de se définir (oh on dirait que je suis en plein dedans !).

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • oui pas toujours facile, je suis en pleine lutte.

      quand est ce que 'et toi qu'est ce que tu fais dans la vie ?' ne sera plus la premiere question qu'on nous pose ?
      quand est ce qu'on pourra répondre 'je m'amuse' qu'on travaille ou pas.

      la lutte des mères indignes commence à gagner du terrain (celles qui prennent des rtt le vendredi pendant que les enfants sont à l'école et pas le mercredi quand ils sont au centre aéré).

      quand est ce qu'on ne sera pas obligé de justifier son emploi du temps ? son statut social ? professionnel ? marital ?

      pourquoi est ce que toutes les meres en congé parental que je connais sont complètement déprimées ? ne supportent plus ni leurs gosses ni leur mari.

      foutez nous la paix
      (évidememnt là j'ai envie de d'écire, mais quand meme je travaille, hein, faut pas croire, mais non j'écris JE FAIS CE QUE JE VEUX ET MERDE (la lutte, n'est pas encore gagnée, en tous cas pas la mienne, mais j'y travaille)

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
      • @ Patricia : oui, c'est exactement ça. On en parlait avec BBdoc aujourd'hui... la culpabilité que l'on ressent, idiote pourtant, alors que l'on pourrait en profiter un maximum.
        Je me demande si au final nous ne sommes pas aussi en attente de ces questions, si on ne finit pas par les devancer, être sur la défensive quand on nous les pose.
        Travaille, écris, lutte ma chère Patricia. On boira un café, bien plus même, et on sera deux...

        HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Bulles d'infos : en fait, nous (expatriées françaises) qui luttons pour essayer de travailler (sans pouvoir du tout parfois comme souvent en Inde) sommes aussi tributaires d'un certain carcan. Tout le monde nous dit en France, nos familles, amis, "mais qu'est-ce que tu fais ?". Impossible de répondre "je prends du bon temps, je m'amuse". Il faut (pourquoi ?) avoir un travail. Sans ça, nous avons l'impression d'être rien.Ou alors, avoir des enfants...
      Oui, je vois que toi aussi tu réfléchis à tout ça 🙂 !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  4. Aaaaaah, j'adoooooore ! J'ai connu ce genre de femmes à Dubai.... Adorables et insupportables. Des Marie-Chantal orientales !

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  5. C’est dans ce genre de situation que l’on se rend compte qu’il y a, très précisément, deux mers et un océan entre l'Europe et l’Inde.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
      • C'est justement ca qui fait toute la différence : le fait que la société le reconnaisse ou non comme quelque chose de « normale ».

        HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
        • @ Patricia, Blogi, El Fennec : mes poussins... El Fennec, je te présente Patricia et Blogi. Patricia, je te présente le receleur de grand-pashmina-100%-couleur naturelle, Blogi vous vous êtes loupés ici...

          En fait, en France, il y a effectivement les mêmes mais je crois qu'elles n'évoluent qu'entre elles ou dans leur milieu. Moi je ne les ai jamais vues, parce que nous ne faisons pas partie de ce milieu. En revanche, en Inde, en tant qu'expatriées nous avons (surtout) accès à ce milieu, et la catégorie des working girls impliquées, voulant bosser parce qu'elles adorent leur emploi etc. est quand même moins importante qu'en Europe je pense (ou alors elles sont toutes à l'étranger ?).

          HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ El Fennec : en fait, c'est une aberration de travailler ou de ne pas travailler pour les femmes dans l'un ou l'autre endroit. Pratique...

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Pivoine : hihihi ! Non, elles ne pensent même pas à s'interroger sur qui paiera le cinéma : là elle m'en parlait comme si c'était une occupation comparable à une activité professionnelle. Et elle n'est pas critique de cinéma 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  6. Pour avoir vécu différentes situations, l'important n'est pas d'être ou pas être femme au foyer/femme au travail, mais d'avoir pu choisir cette situation.
    Travailler par obligation (en générale financière) dans un job ou un lieu stressant: c'est l'enfer...
    Etre au foyer pour cause de chômage ou tradition familiale c'est déprimant.
    Mais lorsqu'on a la chance de pouvoir choisir, tout devient super: j'ai été 7 ans mère au foyer, adorant m'occuper de mes petits et faire du bénévolat.
    Quand j'ai repris mon travail, j'y ai pris mon pied.
    Et, optimiste toujours, mes 3 années de placard m'ont préparée à aborder la retraite avec joie.
    Mais là aussi il faut un minimum de moyens pour ne pas être confinée chez soi à manger des pâtes (même si j'adore!), mais pouvoir choisir au moins un peu ses activités.
    Ceci dit je n'aimerais pas non plus avoir trop d'argent au point d'accéder à toutes mes envies: cela détruirait les rêves et le désir (mais bon, de ce côté je suis rassurée: je dois encore choisir...)

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Jelaipa : c'est exactement ça, il faut pouvoir choisir totalement sa situation mais surtout ensuite être capable de l'assumer. Et c'est là que le bât blesse, il est difficile pour moi et pour d'autres d'être sans travail, de vouloir travailler, de ne pas pouvoir de fait et de subir les commentaires parfois. Surtout quand on n'a pas d'enfant.

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
      • Quand je parle de choisir je sous entends la possibilité de l'assumer (différent pour moi d'accepter)...
        Quant au "avec ou sans enfants" cela regarde le couple et on n'a pas de réflexions à faire! Ce qui ne veut pas dire que le fait de se retrouver seule chez soi pendant que Mr (par ex) travaille ne soit pas plus difficile à accepter lorsqu'on aime et on a envie de travailler...Mais certaines femmes doivent apprécier...
        Ceci dit quoique tu fasses il y aura toujours quelqu'un pour critiquer, jalouser etc...
        Alors fonce en essayant d'atteindre tes objectifs et même de changer d'avis: c'est ta vie à toi!
        Mais j'arrête là: j'ai l'impression de devenir une vieille moralisatrice(même si mon grand fiston trouve que je retombe en enfance ce qui n'est, d'ailleurs, pas incompatible).

        HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  7. Le coiffeur, la manucure, les cafés entre copines, on peut ajouter d'autres occupations si l'on désire, sont des activités très fatigantes, il faut pas croire. 😉

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Angie : hihihi ! Nan, mais pour de vrai, la plupart du temps, l'emploi du temps de ces personnes est rempli chaque jour à chaque heure. En fait, je crois que je suis admirative... 🙂

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
      • Ah mais l'agenda des ces personnes doit s'apparenter à celui d'un ministre, je n'ai aucun doute là dessus. Après, il faut voir les activités. Et c'est là qu'on va bien rigoler.

        HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  8. oui enfin c'est pas qu'en inde ça... Partout dans le monde les riches sortent des choses comme ça... (et je suis verte de jalousie que les choses soient bien claires)
    En meme temps on peut etre femme au foyer et active, meme avec des "domestiques": associations bénévoles, cours, ..., je veux dire on peut pas passer sa vie a aller de salon de coiffure en manucure et de manucure en massage...
    Non en fait j'arrete de me voiler la fece, j'adorerait cette vie! désolée...je sors...

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Selene : mais je me demande si toutes ces activités ne sont pas juste là pour combler l'absence d'activité professionnelle. Tout à coup, on se sent un intérêt soudain pour les enfants défavorisés, la poterie ou la danse Bollywood.
      Pas de souci, on peut aimer, hihihi !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *