Shaya au Pays du Glamour

Goa Glamour

Entre la basilique et la cathédrale à Velha Goa, un jardinier… consciencieux.

Shaya a découvert que l’Inde est LE pays du glamour. Le pays où l’homme-mâle-viril est sans doute le plus graougraou du monde entier. Où le désir quasi incontrôlable de s’enduire mutuellement de fresh lime soda t’étreint à chaque coin de rue. L’Inde est quand même le pays du sari mouillé…

En Inde, la drague, c’est glamour. Ce pays où chaque plat est composé à 30% d’oignons, 30% d’ail et 30% d’aliment à feuilles vertes (épinards, fenugrec, coriandre, menthe…), tu peux alors compter à la fois sur ton haleine et la blancheur de tes dents pour donner à ta sérénade une touche à nulle autre pareille.

A ceci tu ajoutes le fait que ta jolie tunique, pas trop moulante car suggérer c’est jouer mais mouler c’est pécher*, tunique que tu souhaitais avec un rien de coquinerie être trempée par la pluie comme si tu dansais le collé-serré avec ton don juan dans les montagnes du Cachemire en poussant des trémolos suraigus (préfigurant d’autres trémolos tout aussi suraigus, voire un peu plus si le moustachélu sait y faire), est déjà trempée. Mais pas totalement, c’est ça la glamouritude de l’Inde.

Mouillée sous les bras, logique vue la moiteur ambiante (l’humidité avoisine les 90% toute la journée et la nuit, notre petit 35° devenant de ce fait un bon 40°). Et la transpiration s’accumule en plus au milieu du dos, et comme si cela ne suffisait pas, sous la poitrine ! Voire entre les seins si ces derniers sont conséquents. C’est du plus bel effet, c’est glamour, c’est l’Inde. Si tu es dans un jour de chance, tu seras également trempée sous et entre les cuisses, rien à voir avec un quelconque émoi mais plutôt avec le simili-cuir du siège où tu étais assise. Dans ces conditions, je suggère de sortir du taxi ou de franchir le seuil du restaurant la tête haute et le regard fier (avoir un grand sac se révèle utile dans ce genre de situation…). La transpiration est l’autre nom du glamour.

Et puis parlons des hommes. Le glamour masculin en Inde se manifeste par une moustache. Fournie, si possible brosse à balais bien entretenue, cirée voire parfois recourbée, en tout cas un attribut mâle incontournable clamant la vigueur à tout jupon passant alentour. La question inévitable, qui nous est venue évidemment au beau milieu d’un trajet en train où nous étions bien entourées, c’est de savoir si le cunnilingus est meilleur avec une moustache. Si tu as une expérience dont tu souhaiterais nous faire part, n’hésite pas… La moustachstérone, l’hormone de l’Inde.

Bollywood, s’il fait une place de choix à la moustache, a en revanche oublié d’évoquer les reniflements copieux et les délicieux crachats de paan (plus ou moins liés aux reniflements susdits) qui colorent d’un rouge sang très harmonieux les murs de bâtiments archéologiques. Les Bains de la Reine de Hampi, du XVème siècle, s’en souviennent encore…

Hampi Crachats

Le lieu du glamour en Inde ? Le train bien sûr ! Les effluves délicats des toilettes s’y mêlent au doux parfum d’un curry à l’odeur persistante partagé sur une banquette, ce à quoi succèdent un concert de rots tonitruants puis de ronflements assez sonores pour maintenir éveillés les 25 wagons du train, voire les villages traversés. Mais ne crois pas que le rickshaw soit en reste en matière de glamour !!! La preuve…

Hampi Rickshaw

L’Inde glamour, c’est aussi ce serveur, armé de deux assiettes pleines, qui trouve le moyen de se recoiffer d’un geste d’une ampleur cinématographique, laissant au passage tomber quelques cheveux dans lesdits plats. Heureusement, tu peux toi aussi le concurrencer en donnant un petit coup de ciseaux à ta coupe défraîchie en allant chez le coiffeur du coin de la rue. Quand je dis coin de la rue, je veux vraiment dire coin de la rue…

Bombay Coiffeur

Mais ce que Shaya a pu particulièrement apprécier, et dont j’ai souvent parlé ici et là, ce sont les regards. Une chose que souvent ne remarquent pas les hommes qui voyagent et vivent en Inde, mais que l’on subit à chaque minute quand on est une femme. Une chose consubstantielle à l’Inde (j’ai voyagé dans plus de 40 pays, dont beaucoup en voie de développement et non occidentaux j’ai des points de véritable comparaison…) qui fatigue, use, agresse et fait enrager : les regards coulants, inquisiteurs, envahissants, jusqu’à l’obscène. Sur ton corps, ton visage, ta poitrine, tes fesses. Même vêtue de pied en cap dans des vêtements informes pour cacher la couleur de ta peau et toute féminité, le regard masculin si scénarisé des films de Bollywood, chargé de sens et d’amour et de sensualité, devient en Inde l’antithèse absolue du glamour.

Kisaan

Hmmm, son of a… ?

* Pas fait exprès, désolée…

HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

14 commentaires

  1. Mouahahaha ! le rickshaw-playboywalla ! énorme, il y a un playboy mansion à côté? : )
    On vous envoie le son of a... pour terminer la collection? ^^
    http://tinyurl.com/6b6c4ec

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ M1 : et pendant le trajet il a mis et enlevé sa chemise par-dessus le T-shirt. Pour bien montrer à quel point il fait bien le playboy 😉
      Mouahahah ! Oui, magnifique, il manquait à la collection celui-là ! 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. pfff... et Hrithik, tu crois qu'il est libidineux, aussi? ( http://img.xcitefun.net/users/2008/09/12002,xcitefun-hrithik-roshan-3.jpg )

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Daydreamer : Hrithik il joue au beau gosse, il pense tellement à son look qu'il n'a pas le temps d'être libidineux...
      En revanche, j'ai appris qu'il avait deux pouces à une main... tu crois que cela peut avoir des, hmmm, conséquences ? 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. J'ai une douce nostalgie pour les trains indiens et leurs odeurs..
    Quand au glamour, pas vu mais j'étais accompagné de Monsieur donc ceci explique peut être cela ...

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Isa : ah oui, tu as absolument raison, il y a quelque chose dont on ne peut jamais se défaire... Le souvenir du train indien perdure 🙂
      Oui, pour avoir expérimenté les deux, cela change le regard des hommes la plupart du temps !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  4. Bon alors je peux pas vous dire pour la moustache...monsieur l'indien(je me demande d'ailleurs s'il en est un,finalement)voue une certaine aversion pour cet attribu d'indianitude,tant mieux parce que moi aussi d'ailleurs.Pour le glamour libidineux je l'ai toujours vécu en Inde en étant seule,une fois mariée (avec tikka et mangal sutra),toujours des regards insistants mais cette fois émanant des deux sexes,"mais qu'est ce que c'est que ça!!!!???",en gros je brouille les cartes :"indienne ,pas indienne?"du coup,pour les hommes,il y a une sorte d'effacement de leur part du genre "celle -là,elle est déjà casée..."et ils passent a autre chose.Par contre si je ressort ma panoplie d'occidentale et que je me promène seule ,rebelote,c'est hallucinant!Indiens,népalais,tibétains,tous tous tous!!!Et c'est vrai que c'est exaspérant et fatigant!

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Zaneema : je finis moi aussi par me demander s'il est vraiment indien, hihihi ! 😉 Oui, c'est effectivement lié à la couleur de la peau, à l'incongruité de voir une "étrangère" se comporter, s'habiller, parler comme une Indienne. Et si elle "redeveient Occidentale", les regards recommencent... c'est un peu dur à la longue, pour toi comme pour moi je pense...

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Des pas perdus : en même temps, en Europe, ça va vite tu sais 🙂 Mais oui, beaucoup voyagé, beaucoup profité et à chaque fois avec autant de passion et l'envie encore de retourner dans chacun de ces pays, d'explorer plus et de découvrir de nouveaux pays encore 🙂

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *