Portraits de Bombay – La Sainte Famille

Sainte Famille Bombay 1

Il est 5h du matin.

Ils dorment devant chez moi. Un des quartiers les plus huppés de Bombay, si tant est que cela veuille dire quelque chose. La rue juste au-dessus est la 10ème la plus chère au monde… oui… mêmes murs en décomposition, mêmes corps endormis, même saleté mais pas de trottoirs… pour que tu comprennes bien ces oxymores quotidiens de l’Inde.

Car à la différence d’autres villes du monde en voie de développement, Rio, Lima, Mexico ou même Delhi par exemple, Bombay a cet immense avantage (je le pense vraiment) d’être fondée sur le mélange réel dans ses rues et ses quartiers. Il n’y a absolument aucun quartier de luxe, de quartier d’affaires propre sur lui, aucun ghetto pavillonnaire à l’américaine ou à la sud-africaine séparant des quartiers d’autres quartiers, des villas protégées le long d’immenses avenues et cachées derrière des murets surmontés de fils barbelés, tenues à l’écart par des barrières marquant le début des colonies « propres » des bidonvilles et des taudis. Non, à Bombay comme à Bangkok, le bidonville interstitiel s’invite entre les buildings de luxe.

Mon immeuble n’est pas luxueux loin de là.

Mais il l’est nettement plus qu’un bout de trottoir…

Sainte Famille Bombay 2

A quelques mètres de ma fenêtre, quatre enfants, pas bien gros, blottis les uns contre les autres. Le contact nécessaire d’un corps à l’autre, on sait dans son sommeil si l’autre est là. Si l’un bouge tout le monde bouge. Les voitures passent à toute vitesse à quelques centimètres de leurs pieds, klaxons hurlant.

Sainte Famille Bombay 3

Voici le spectacle que l’on a chaque jour sous les yeux en Inde, qui te renvoie non à des considérations éthérées et moralisatrices (quelle horreur ! comme c’est terrible ! ah, la misère ce n’est pas facile… certains ont moins de choses que d’autres… ah l’Inde, ce pays qui fait retrouver les fondamentaux humains (sauf si en parlant de fondamentaux, on parle du fondement de ces enfants qui s’accroupiront le matin, cul tourné vers les voitures, exactement à l’endroit où ils ont dormi)) mais à une seule chose : sa propre impuissance.

Le magasin Aston Martin est à quelques pas. Et ressentir instinctivement, puissamment, une vague de haine pour une ville, un Etat, un pays qui pourrait résoudre le problème des dormeurs de rue mais qui préfère se complaire singulièrement à l’achat de matériel militaire onéreux pour une guerre onirique. Cette vague de haine qui reflue et qui te dit que toi-même, que ferais-tu… Rien. Ou si peu. Leur acheter les fleurs de Diwali qu’ils tressent à longueur de journée pour décorer les voitures et pas de porte ? en acheter des dizaines, en acheter des milliers ? Leur donner l’argent à pleines poignées, des centaines de roupies pour eux, presque rien pour moi ?

L’Inde est un ventre mou : elle renvoie à sa propre inutilité.

Sainte Famille Bombay 5

Epuisés, les pieds nus. Les parents, seulement 25, 28 ans maximum ? Et déjà les traits vieillis comme tous ceux qui vivent dans la rue. Les enfants allongés sur le drap sale, les habits maculés de crasse, le corps aussi, non l’Inde de la rue n’est pas « tellllllement propre malgré tout ». 8 ans ? 6 ans ? 4 ans ? 2 ans ? Oui. Sans compter ceux qui sont morts peut-être, à la naissance ou celles non désirées. Grossesse et retours de couches, le compte y est, elle a du devenir mère à 15 ans, lui père à 18. C’est dire comment les programmes de planning familial fonctionnent bien.

Et cette image tu t’en doutes est tout, sauf rare.

L’Inde est un pays mystique paraît-il.

Voici donc la Sainte Famille indienne…

Sainte Famille Bombay 4

HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

8 commentaires

  1. Je n'ai pas revu cela depuis que je suis devenue maman,et cela me crève le coeur de voir ces petits corps endormis là ,à la merci des dangers de la rue.Le petit sur lequel son grand frère a poser un pied ressemble de dos a mon petit,meme bouclettes noires.
    Tu as raison, que faire?Je n'ai pas moi non plus la réponse.
    Aujourd hui,c'est Diwali achète des fleurs pour décorer ta porte 😉

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. Hop! Une grosse claque dans ma tronche, un grand vide au creux du ventre, parce que oui, que faire??? Par où commencer???
    Et tu sais ce qui me mets les larmes aux yeux? C'est ça:
    http://www.penelope-jolicoeur.com/2011/09/note-pas-tr%C3%A8s-rigolote-je-vous-aurai-pr%C3%A9venus.html
    Non, non, ce n'est pas qu'en Inde, ce n'est pas que dans les émergents ou les nouveaux émergés, non, c'est aussi chez nous les "pays développés".
    C'est un monsieur très digne qui s'endort tous les soirs sous des cartons en bas de l'immeuble cossu en face de chez moi (chez les grands malheureux du 17ème arrondissement, avec Porsche, Rolls Royce et Aston au bout de la rue).
    Mais merde quoi, comment la terre peut-elle encore tourner alors que tant de gens dorment dehors?!!

    Merci pour la claque, même si elle ne résout rien c'est bien de la donner, elle réveille la saine colère!

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. Merci pour cet article, toujours aussi finement écrit. Tu as une façon de parler de l'Inde au quotidien qui me plait vraiment. Et quand je lis tes billets, je n'ai pas envie de m'exclamer "Oh mon dieu quel horrible pays", mais j'ai envie de revenir, je ne sais pas pourquoi. Je suis très attirée par l'Inde, 5 mois que j'en suis revenue, mais j'ai laissé une partie de moi avec ces "Saintes Familles indiennes"

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  4. On a la haine, le coeur en feu face à ce genre de scènes, la haine contre le gouvernement indien qui claque près de 20 milliards de $ en ferraille pour un vulgaire concours de bites militaires avec le Pakistan ! ça me rend malade ! ce bébé, ces gosses, ça me fend le coeur !
    Il n'y a pas d'associations de parrainage d'enfants qui travaille sur l'Inde?

    HIIIIIIIIIIIII !!!(1)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *