Les lecteurs de l’ombre

Aujourd’hui je vais parler de… vous.

[Oui, cache-toi derrière ton écran et ta tasse de thé, mais je te vois quand même…]

Le passage des lecteurs sur ce blog se décompte tranquillement sur mon tableau de bord de pilote blogosphérique sans que j’y prête réellement attention. Je sais que votre nombre augmente et, plus nombreux, vous revenez aussi plus souvent.

Alors que je ne parle jamais de vous, toujours de moi.

Le blog est un exercice périlleux de narcissisme exposé, où l’on fait part de sa vie, de ses opinions, de ses travers, de ses lubies, à des gens que l’on ne connaît pas. Et dont on ne sait ce qu’ils pensent. Là, ceux qui disent n’écrire que pour eux-mêmes se voilent doublement la face : ils oublient ce qui se nomme l’horizon d’attente, ce « lecteur idéal », public projeté et fantasmé par l’auteur de n’importe quelle mise en texte, ils oublient aussi qu’ils n’auraient alors pas besoin d’un blog, juste d’une feuille de papier. Nous écririons un journal intime, secret et enfermé à double tour jusqu’à l’oubli ou notre mort (et en plus, on l’écrirait sur un carnet Moleskine parce que ça fait bien, et on y mettrait plein de révélations sulfureuses pour, au cas où, avoir une publication posthume à la fois dans la Pléïade et Play-Boy. Qui ne sont pas si éloignés d’ailleurs, Play-Ade et Pléboïe… pom pom pom… oui, je suis en forme).

J’écris pour ma part pour transmettre. C’est assez clair dans ma démarche, tout dénote une volonté de partage, plus ou moins adroit. Et transmettre suppose un échange, un retour, du répondant. Une salle de classe qui fait la ola, un public ému qui applaudit, des tomates qui volent et des spectateurs qui claquent la porte (ou alors la classe qui claque la porte et les tomates qui font la ola, éventuellement…).

Parmi vous, certains me lisent depuis toujours ou presque. Famille et amis arrivés à mes mots lors de mon premier voyage en Chine, rejoints par des lecteurs de hasard échoués là au gré de la sérendipité d’Internet, au hasard des blogs surtout, suivis encore par les lecteurs amenés par la résonance des réseaux sociaux. Et la très grande majorité d’entre vous reste silencieuse : lecture cachée, lecture dans son coin, lecture en secret, lecture discrète. Vous restez en retrait, de peur de troubler le texte ou son auteur, de peur de rompre le soliloque peut-être, par ennui ou colère aussi, par peur de l’académisme dont prétend parfois se parer ce blog. Par discrétion finalement.

Mais il y a de ces Lecteurs Silencieux qui m’écrivent. Un mail un jour, un nom inconnu et « Bonjour ! Je suis… et je te lis depuis des mois ». Ils me parlent d’eux, commentent mon blog, évoquent leur vie et leurs idées comme je leur parle ici des miennes. D’autres commentent de temps à autre, laissant une trace plus concrète qu’une adresse IP, osant laisser un peu d’eux-mêmes s’écrire sur cette page. Certains m’interpellent sur Twitter, me likent sur FB, laissent ces bribes sur des murs appelés à disparaître. D’autres enfin, plus aguerris, commentent très régulièrement.

Tous prennent en écrivant le même risque que je prends à écrire ici : s’exposer.

Malgré le fait que jusqu’à récemment j’avais cessé de répondre (j’ai fait amende honorable depuis et réponds à nouveau aux commentaires !), j’apprécie sincèrement chaque mot qui m’est adressé. Les mails des uns, les commentaires des autres, les likes. J’apprécie aussi, malgré l’envie d’en savoir plus sur ces Lecteurs Silencieux, cette présence régulière et malgré tout réconfortante.

Pourtant je doute parfois. Je me demande, avec les modifications profondes que connaît la blogosphère depuis une année, à quoi sert de bloguer.

Mais je transmets, coûte que coûte.

Pourtant c’est vous qui créez l’échange. C’est vous qui faites en sorte que ce blog ne parle pas uniquement de moi, mais de vous aussi.

Alors merci.

HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

42 commentaires

    • @ Patricia : mouahahahah ! Bon, toi t'es rien qu'insupportable : l'abus de viande bovine je suis sûre ! Laisse-m'en un peu dis...

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Blogi : attends, l'espagnol c'est super simple, il y a juste trois choses que tu dois savoir : "hasta la vitoria siempre" (dixit el Che), "porque no te callas" (dixi Juan Carlos), "un dos tres" (dixit Ricky Martin). Donc je pense que tu es prête à venir... 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Patricia : un jour, toi, Blogi et moi on se retrouvera dans un pays où l'on mange que de la vache. Et on sera heureuse. Et ce sera bien. Et Billi fera "mu". Normal.

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Blogi : et ben voilà !!! Tu es bilingue !!! Avec un rien d'accent étrange... hmmm... c'est quoi cet accent... 😉
      Mouahahah ! Ce qui est fou c'est que Shaya m'a fait découvrir cette chanson il y a quelques jours !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  1. Je me pose les mêmes questions, tentée d'abandonner mon blog pour diverses raisons. J'ai ces derniers mois eu du mal à prendre la mesure de ces lecteurs de l'ombre qui commentent de moins en moins (et à qui je ne réponds plus en plus...), mais comme toi, j'aime par dessus tout ces échanges qui se créent et qui font qu'on se retrouve à se raconter, s'exposer (ce que je n'aurais pas imaginé il y a quelques mois) parce qu'on a l'impression de parler à gens qu'on "connait". Etrange sentiment...

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Delphine : il y a une modification très importante de la blogosphère depuis un an, j'ai préparé un billet là-dessus. Et, pour ceux qui bloguent depuis longtemps, on a l'impression détestable de revenir aux débuts : pas d'échange, parce que personne ne lisait le blog, parce que personne n'osait commenter. A mon sens, on est devenus trop "professionnels" dans notre manière d'écrire nos blogs, et le lectorat a totalement changé : les blogueurs se lisent moins entre eux je crois. Bon, je vais publier mon billet ce sera plus simple, hihihi !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. Je suis une de ces lectrices silencieuses, j'avoue... Par flemme, parce que je n'ai pas forcément toujours à quelque chose d’intéressant à dire, par esprit consumériste aussi, il faut l'avouer.
    J'ai dû commenter une fois ou deux, mais la plupart du temps je me tais. Par contre ma lecture est régulière et assidue. C'est bête, car ayant tenu moi-même un blog, je sais combien il est agréable de lire à son tour ses lecteurs.
    Merci pour cet article, intéressant comme toujours, honnête et original !
    Mélanie, une lectrice de l'ombre (qui débarque en Inde dans quelques mois...)

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Mélanie : c'est vrai que moi-même j'ai développé cette manière de "consommer", je vais lire des blogs sans commenter, alors que je commentais avant (et que pourtant, comme toi, je sais à quel point un commentaire est agréable à lire !). Je ne sais pas pourquoi, et je m'interroge vraiment sur cette nouvelle pratique des blogs. En tout cas, merci beaucoup (et bons préparatifs pour l'Inde !!!) !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. continue, on t'aime comme ça et moi je viens promener mes yeux sur tes billets 🙂

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Nardeau : merci beaucoup ! 🙂 Mais c'est vrai que l'absence de commentaire finit par grever le moral un peu 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  4. Je ne sais plus exactement comment je suis arrivée ici, mais je n'en suis jamais vraiment repartie...
    Je suis, moi aussi, une de tes lectrices de l'ombre qui passe chaque jour ou presque. J'ai dû laisser un ou deux commentaires, mais j'ai toujours l'impression que ce que je pourrais écrire ne sera jamais aussi intéressant que ton article ou les réactions des 'habitués'.
    Je me contente donc la plupart du temps de te lire et d'admirer tes photos.
    Patricia

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Pat : et merci beaucoup de ta fidélité !
      J'ai pensé aussi qu'il y avait une certaine retenue à laisser un commentaire parce qu'il y a des "habitués", on peut se croire intrusif quand on a le sentiment que les gens se connaissent etc. Mais en réalité, on a tous le même sentiment en allant sur un blog : les autres commentaires ont toujours l'air plus drôles, plus intéressants etc. alors que c'est en fait totalement faux ! 🙂

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  5. J'ai souvent failli commenter (notamment sur un des derniers articles à propos de la Thaïlande), et puis non... sans raison précise. J'ai l'impression que les blogs ont leurs commentateurs attitrés et que les autres n'osent pas/ne se donnent pas la peine.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Miss Sunalee : alors bienvenue ici tout d'abord ! Et tu as raison : j'éprouve la même chose sur d'autres blogs, l'impression de "m'incruster" au milieu de groupes déjà constitués, où tout le monde semble se connaître. Alors que bien souvent, il n'en est rien... alors, autant oser 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  6. Mais ça nous réveille ces remarques!!Sérendipité je ne connais pas ce mot je cherche...Merci Chouyo on adore te lire!

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Quenotte : haha, mais j'espère bien que ça réveille ! 😉 Merci beaucoup de me lire en tout cas (et la sérendipité, un concept remis à la mode par l'utilisation d'Internet mais que, finalement, on mettait tout autant en oeuvre en parcourant les dictionnaires et les livres 🙂 ).

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  7. Moi aussi je suis toujours là et je commente peu ou pas, ou plutôt presque plus. C'est que je n'ai en général rien d'intelligent à dire, juste "oh!" ou "ah!", alors bon...
    Je ferai un effort, promis.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ br'1 : mais cela m'intéresse !!! Même le "oh !" ou le "ahhhhhhhhhh ?", hihihi ! Je comprends aussi, moi-même je ne commente presque plus non plus. Mais merci de me lire, et de tes commentaires quand tu en fais 🙂

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  8. Je pense etre devenue une 'habituée" désormais.En réalité je laisse des commentaires quand quelque chose àvibré en moi en lisant un de tes posts .Et chose étonnante,je ne laisse que des commentaires que chez toi,parce que je m'y suis sentie bien accueillie et aussi parce que j'aime la façon dont tu abordes les pays que tu visites.Tu es parfois grinçante (surtout sur l'Inde)mais c'est fondé!!Tu ne consommes pas les pays ,tu creuses dans ses bas-fonds ,c'est ça que j'aime.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Zaneema : oui, c'est le cas, tu es une habituée (tiens, prends ce fauteuil, c'est ton préféré... et un verre de chai, c'est ça ?) ! J'imagine que certains lecteurs ont peur de commenter parce qu'ils ont peur d'être mal accueillis, mais je crois qu'à moins d'être agressif, ostensiblement de mauvaise foi ou insultant, je ne suis pas trop méchante normalement... pas trop... 😉
      MOA ? Grinçante sur l'Inde ??? Hihihi, oui, un peu, tu as raison...

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @marilor : ne change pas de pseudo, on t'a reconnu...(faut pas dire "plop" non plus c'est trop marqué)

      @ chouyo : t'es revenue? on peut se voir?

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  9. Il y a en effet toujours une part de narcissisme (qu'il soit étriqué, auto-centré ou altruiste § éclairé*) dans l'activité bloguesque ! ET je plussoie quant aux récentes mutations du Web 2.0, exponentiel développement des réseaux sociaux aidant, le commentaire, la mise en mots, ne fait désormais plus du tout figure d'option privilégiée en matière d'interactivité (= le spectre du cyber monologue plane dès lors + que jamais)...
    * Ooh § inutile de préciser qu'avec Chouyo ce dernier se fait über stimulant § fructueux ("Hochement de tête über approbateur de gentil esthète") !

    a presto, Antoine

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  10. C'est très juste ce que tu dis, et particulièrement le fait que certains blogs donnent l'impression qu'un commentaire troublerait le blog. C'est rare, mais c'est ce que ton blog m'inspire. Je passe, je lis, je regarde, je ferme les yeux et imagine, mais tout ça ne trouve jamais les bons mots pour être mis ici.
    Le principal c'est que tu aies des lecteurs, même si la plupart sont silencieux. Ca veut dire que même s'il y a peu d'échange, il y a le partage. Et vu que c'est le but principal... 🙂
    Bisous

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  11. Alors je sors moi aussi du silence... Je suis arrivée sur ton blog en préparant un voyage en Inde ! Et j'ai été happée par ton humour, ton écriture (que je trouve très belle) et ton intelligence. Depuis je reviens de temps en temps...
    A bientôt !
    Constance

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  12. Pfiou,je viens de me déclencher une tendinite pour arriver à la fin des commentaires et déposer mon modeste hommage à ton blog,dont les photos me ravissent!
    Et du coup,j' ai oublié ce que je voulais écrire! Tant pis pour toi, me voilà contrainte à revenir et revenir encore jusqu'à ce que les mots me reviennent!

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Reinemère : mouahahah ! Oui sur ce billet, la parole s'est libérée ! Merci beaucoup pour tes compliments qui me font vraiment très plaisir. Et reviens, pas de souci, si ces mots-là sont oubliés on en trouvera d'autres pour remplacer ! 🙂

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  13. En règle générale, je ne commente pas. Etant comme toi blogueur depuis un petit moment, cen'est pas parce que je n'aime pas ça - j'adore rencontrer de nouvelles têtes et échanger avec ces dernières, tu es bien placée pour le savoir ! - mais parce qu'après 10 ans, si il y a une chose que j'ai pu vérifier c'est que mes 9/10ème du temps, commenter sur un billet ne sert à rien. L'auteur ne répond pas la plupart du temps, et les lecteurs ne répondent pas la plupart du temps.

    Commenter n'est pas une porte ouverte à l'échange, sur la plupart des blogs : c'est la porte ouverte à se sentir très seul. Aujourd'hui, si j'ai quelque chose à dire par rapport à un article, je l'exprimerai dans un article personnel sur mon propre site et écrirai à l'auteur original, par courrier électronique ou via les médias sociaux, pour lui dire qu'il/elle m'a inspiré quelque chose.

    De la même manière, des commentaires j'en reçois peu, même si j'y réponds autant que possible. J'ai commencé à écrire pour le Web à une époque où celui-ci était encore peu répandu en France, et où "avoir un lectorat" pour une personne était rarissime. Avec le temps, même si le nombre de mes lecteurs a légèrement grandi, le silence ambiant est toujours là. Je n'attends donc jamais grand'chose de cette zone vide et silencieuse sous mes articles car, si j'écrivais pour elle, je n'écrirais plus rien depuis longtemps.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Tom : je crois aussi que le commentaire dépend du type de blog et de l'époque... La blogosphère "féminine" était très avide à son apparition (ou plutôt au moment de la prolifération des blogs : de maman, de cuisine, créatifs, de vie perso etc.) de commentaires : les réponses étaient souvent presque immédiates, appelaient des reréponses et le commentaire en retour chez l'autre. J'ai constaté qu'avec Twitter cette habitude s'est progressivement perdue (chez moi la première) car on pouvait désormais commenter en direct le billet : très pratique en tant que lectrice, très déstabilisant en tant que blogueuse. Le commentaire disparaît ensuite dans les limbes de Twitter ou de Facebook alors que l'on voudrait qu'il apparaisse toujours sur le blog...
      Ensuite, je crois qu'il y a une question d'écriture : certains billets ont un contenu qui n'appelle pas le commentaire. Je sais que mes billets "péremptoires", où j'affirme ou démontre une chose qui me tient à coeur, ou bien où je décris simplement une situation vécue, est lu mais le lecteur n'a sans doute rien à ajouter. Et cela peut conduire à se sentir très seul sur son blog si on attendait un retour... En revanche, les billets "ouverts" où l'on s'interroge appellent plus facilement les commentaires, les billets au contenu plus léger aussi, et souvent les lecteurs se sentent plus autorisés à rebondir. Tout comme les billets d'anecdotes, notamment sur l'Inde, où très souvent l'espace de commentaires permet aux lecteurs de relater leurs expériences.
      Mais comme tu le dis très bien, et j'écris dans ce même esprit, si l'on écrit pour être commenté on n'écrirait pas du tout ! 🙂

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *