Le bento de la tranquillité

En Inde, c’était le dabba, à Londres la lunchbox et à Paris le bento. Une simple boîte-repas que la mode au nippon-ça-fait-bien a érigé en incontournable : j’ai ressorti les miens en prévision de la rentrée prochaine mais, au bout de 6 ans, ils sont dans un état proche du néant.

Précisons une chose : je n’ai jamais aimé les déjeuners imposés. Manger au restaurant d’entreprise ou à la cantine de l’établissement implique pour moi de devoir souscrire à un rituel que je déteste : manger avec des gens qui sont mes collègues, et donc prendre le risque d’entendre parler boulot et, de ce fait, ne pas pouvoir souffler. Plus qu’une question de nourriture, parce que celle servie est souvent correcte et que je ne fais pas ma difficile quand nécessité fait loi, avoir la possibilité de manger seule dans mon coin est un réflexe de survie professionnelle : et le bento est mon arme.

Il est certain que manger avec les collègues a du bon : on tisse des liens (réellement amicaux), on apprend les potins et les derniers coups en douce, on échange des anecdotes et on fait des blagues idiotes. Sauf que cet échange a souvent commencé dans le RER le matin et se prolonge dans le RER le soir, et à la pause du matin et, éventuellement, à celle de l’après-midi. Ces échanges sont toutefois un plaisir, et une nécessité : soupape de sécurité, thermomètre moral pour soi et les autres, un lien incontournable en tout cas.

Mais j’ai compris rapidement que cela peut devenir un calvaire quand on préfère pour souffler le calme et la solitude au vacarme et conversations animées. Parce qu’après 4 heures de cours et avant 3 autres, je sais n’avoir pas envie d’entendre ce que le Kévin-du-jour a encore fait ou ce que l’administration a encore inventé. Cela renvoie à sa propre impuissance, à la violence subie et à l’inertie partagée. Alors le bento devient ma porte de sortie…

Dans un coin d’une salle de prof ou à la fenêtre d’une salle de classe (pas hygiénique ? Si tu savais ce que les élèves font dans les classes…), c’est un moment où tu t’extrais, savourant à ton rythme, retrouvant en mâchant solitairement ta liberté. Ne pas avoir à écouter, répondre, être vigilante ou disponible, juste profiter de cette heure de tranquillité. Et pouvoir, les jours où je le souhaite, manger ce bento à une table de cantine avec mes collègues.

Tout ça pour dire que… j’ai un nouveau bento. Et il est un peu rose…*

Bento

* Chouyo’s World est un blog avec de la nourriture dedans. Surtout si le contenant est rose.

HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

16 commentaires

  1. C'est fou, je suis pareil: je déteste manger avec les collegues pour les memes raison (et j'ai aussi des jolies boites^^)

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ MaO : et pourtant, souvent j'apprécie réellement mes collègues. Ouiii, je me souviens que tu as aussi des bentos 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. Ah oui,les repas à la cantine.J'ai été surveillante et le repas qui franchement là étaient dégeu et chers,c'étaient un calvaire.Avec une autre collègue nous avons fait de la résitance,et hop nos boites au frigo en salles des profs,manger en 20 min chrono,mais au caaaaaaaaaaaaaaaaaaalme.Les CPE étaient toutes horrifiées,personne n'avait jamais oser transgresser LA règle:les surveillants ça mange avec les élèves,meme si ce moment était considéré comme une PAUSE.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Zaneema : alors là, je comprends encore plus ! En étant surveillant, donc encore plus dans le bruit et le mouvement que les profs, ce n'est absolument pas envisageable de manger au milieu des élèves !!! Franchement, vous avez eu du courage et vous avez bien fait (et ça ne m'étonne pas de toi, rebelle 😉 ) !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Daydreamer : les petites "boules" ovales transparentes, c'est pour les sauces liquides (soja etc.) ou sous forme de pâte (wasabi), les petites boîtes verte et rose c'est pour faire des boulettes de riz. J'en ai aussi pour faire des oeufs durs en forme de lapin... non, non, ne dis rien... c'est la faute de Nekonnezumi... 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
        • @ Daydreamer : ben pour la vinaigrette si tu n'aimes pas que ta salade ait cuit en restant des heures dedans, ou bien pour que le riz ou les légumes ne deviennent pas pâteux avec les sauces asiatiques !
          Nan et c'est bien dommage : je vais d'ailleurs essayer de trouver des moules en forme de Hello Kitty, c'est mon nouveau challenge !

          HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. Un petit peu rose mais très beaucoup jolie !
    Pas de cantine ou resto d'entreprise pour moi mais rarement le courage de me préparer mon déjeuner...

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Pat : mouahah ! Merci, oui je l'ai trouvé à la fois très simple et originale 🙂
      C'est sans doute ce qui réfrène le plus, le fait de devoir trouver des idées et avoir de quoi cuisiner chaque jour pour son bento. Mais au bout de quelques fois, on s'aperçoit que justement, les quantités étant plus réduites, on peut cuisiner plus rapidement et essayer de nouvelles choses !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Ravi_aa : ah ben zut !!! C'est dommage... et dans le quartier chinois de Paris, je pense qu'il y a moyen d'en trouver un, non ?

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *