Quand la Rentrée est là (et bien là)

Jeudi 31 août, 20h30 : hmmm… et pourtant, j’avais tout trié le 7 juillet…

Tu es stressé ? Ah, tu as plutôt hâte de savoir quels copains seront dans ta classe et si l’année va bien se passer ? C’est bien, c’est le trac ça ! Cela permet de soulever des montagnes et de monter sur scène… Tu sais, moi je suis surexcitée et impatiente. Je retrouve les élèves, j’ai hâte de savoir comment ils fonctionnent ensemble, car de cela va dépendre comment je vais faire cours et de l’énergie à dépenser. Certaines classes sont des fusées, jusqu’à avoir du mal à leur faire garder le cap, et d’autres se laissent guider et là il faut sortir les rames et les hélices… ton cours change du tout au tout dans ces cas-là, et ton état à la fin de journée n’est pas le même ! 

Tu as déjà fait ton cartable ? La trousse remplie à ras bord ? les cahiers organisés par taille ? Bravo ! Alors je t’avoue que moi, j’ai trié mon sac le 7 juillet, et tant qu’à faire, je l’ai refait immédiatement pour la rentrée. Pourquoi ? Oh, pour n’y plus toucher et n’y plus penser ! Le truc a pris la poussière, tu imagines bien… mais quand je l’ai rouvert jeudi soir tout était prêt : les dosettes de café et le thermos, les marqueurs, le trieur par classes, la pochette à évaluations, la Patafix pour afficher les travaux d’élèves en cours de réalisation ou finis…

Tu te demandes comment sera la maîtresse ou le maître ? Tu te demandes comment seront les profs ? Ouais, ça c’est une vraie question… à mon avis un peu mal réveillés, peut-être certains joueront-ils au grognon, mais je suis sûre que la grande majorité d’entre eux est tout simplement très enthousiaste de rencontrer ses nouveaux élèves. Le côté grognon, cela n’a comme bien souvent rien à voir avec toi, l’élève, je te raconterai… Et tu sais, moi aussi je me demande comment seront les élèves… muets au premier cours et déchaînés le lendemain ? provocateurs dès la rentrée ? mal réveillés et grognons ? terrifiés ? En tout cas, il faudra que je les accueille tels qu’ils sont, les laisser prendre la mesure de leur classe en ce premier jour, la proue est là, la poupe ici, bâbord par là et tribord par ici, et ça c’est un gouvernail. Je maîtrise bien la chose mais mon objectif c’est de vous apprendre à l’utiliser. Vous en aurez besoin un jour.

Tu as revu des copains il y a quelques jours ? C’est chouette ça, j’espère que tu as bien profité ! Moi aussi j’ai revu des collègues : ce ne sont pas des amis proches même si certains le deviennent [j’ai compté, un ami par établissement fréquenté !] mais pour la plupart ce sont des gens en qui j’ai une totale confiance et qu’il est vraiment bon de retrouver. Tu sais la prérentrée des profs, c’est très particulier… en gros, c’est le retour officiel dans leurs établissements des professeurs de collège et de lycée, officiel car en réalité certains ont déjà fait des réunions sur leur temps personnel pour préparer des projets, d’autres ont des missions en sus de l’enseignement qui impliquait de reprendre plus tôt, d’autres aussi se rassurent en errant dans les couloirs. Il y a même des Fantômes qui hantent les établissements sans plus y enseigner, mais ça, ça fera l’objet d’une nouvelle…

Tu éprouves un sentiment bizarre ? Comme si tu avais envie sans en avoir envie ? Oui… je crois que nous sommes nombreux à éprouver cela. Vendredi j’ai humé l’air de la prérentrée. Y étaient mêlés le sable chaud et les tensions refroidies, les retrouvailles enthousiastes et les évitements soigneux. Un peu comme toi avec tes copains : tu n’as eu aucun contact pendant un mois et demi avec eux, et il faut reconstituer une classe à la rentrée, une équipe. Tant bien que mal, car tous, élèves et profs, nous sommes rassemblées sans que notre avis compte. Il faudra faire avec et que la cohésion advienne : mais sans qu’elle soit décrétée ou planifiée car l’esprit d’équipe est un phénomène charnel, tactile. Il y a des crush et il y a l’approche lente. Cela prend du temps, ou plutôt : cela doit prendre du temps pour être authentique.

Tu aimerais déjà savoir jusqu’à quelle heure tu as cours le vendredi ? Alors là, je te comprends pleinement et les emplois du temps des élèves m’effarent toujours plus notamment quand vous entrez au lycée où le temps scolaire me semble élargi par rapport à celui que j’ai connu [mais peut-être est-ce un souvenir tronqué ?]. Mais ce qui m’inquiète le plus est cette traçabilité de chacun de tes actes d’élève, ces comptes à rendre omniprésents dès la 3ème : stage, parcours démultipliés, projets, tout doit désormais être consigné et vérifiable. La découverte de soi et l’accomplissement qui s’ensuit se lovent dans le gratuit. L’inutile. Le rêve. Le temps pour soi. De ce temps non contrôlé où naissent les questions, les doutes, les idées, et vouloir à tout prix combler ces temps de l’adolescence c’est vouloir faire barrage à la peur que les élèves… je ne sais pas. Ce risque jamais énoncé qu’avec des regards entendus, chacun y mettant ce qu’il veut. Les réseaux sociaux, les jeux vidéos, la pornographie, la « radicalisation », les jeux de rôle, le métal et le vernis à ongles noir : la déviance sous toutes ses formes fantasmées… Contrôler le corps, contrôler l’esprit, contrôler le temps. Ce sera l’enjeu pour moi cette année : faire travailler au mieux les élèves pour leur laisser du temps pour eux.Bon. Tu as ta carte de transport ? Attends je vérifie de mon côté… c’est bon… et j’ai bien mes licornes colorées. Je sais, je sais, et il y a déjà des jaloux parmi mes collègues : mais promis, je saurai leur donner un sens pédagogique. Parce que quand j’entre en classe, quand je te fais signe d’entrer aussi, tu ne sais jamais ce qui va arriver [et parfois moi non plus : si j’ai le contenu et les documents, il m’arrive de changer toute l’approche soudainement car je n’ai pas envie de ceci et je sens que la classe ne sera pas réceptive à cela… alors… et si on essayait de cette manière ?] mais je vais tout faire pour que toi comme moi en ressortions en ayant appris le plus possible, moi sur mon métier toi sur le monde et comment l’appréhender, en ayant eu plaisir à travailler ensemble, avec le sourire aux lèvres, des questions plein la tête et l’envie de comprendre toujours plus.

Je crois que nous sommes prêts.

LES PIKACHUS ? Z’ÊTES LA ?

C’EST REPARTIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!

HIIIIIIIIIIIII !!!(2)Boah...(0)

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *