L’Omnicolas avant l’Omnicolas ?

Pendant que je me promène dans la magnifique région du Shekhawati, un passage de mon livre me saute aux yeux :

« C’est le même souci de se faire valoir (souvent aux dépens de rivaux) qui explique que les « effets d’annonce » soient devenus une pratique si commune. Pour beaucoup de ministres une mesure ne vaut, semble-t-il, que si elle peut être annoncée et tenue pour réalisée dès qu’elle a été rendue publique. Bref, la grande corruption dont le dévoilement fait scandale parce qu’il révèle le décalage entre les vertus professées et les pratiques réelles n’est que la limite de toutes les petites « faiblesses » ordinaires, étalage de luxe, acceptation empressée des privilèges matériels ou symboliques ».

« Instituer en règle de vie le « anything goes » post-moderne, et s’autoriser à jouer simultanément ou successivement sur tous les tableaux, c’est se donner le moyen de « tout avoir et rien payer », la critique de la société du spectacle et le vedettariat médiatique, le culte de Sade et la révérence pour Jean-Paul II… »

« Son originalité, – parce qu’il en a une : il s’est fait le théoricien des vertus du reniement et de la trahison, renvoyant ainsi au dogmatisme, à l’archaïsme, voire au terrorisme, par un prodigieux renversement auto-justificateur, tous ceux qui refusent de se reconnaître dans le nouveau style libéré et revenu de tout. Ses interventions publiques, innombrables, sont autant d’exaltations de l’inconstance (…), celle qui, par un double demi-tour, une double demie révolution, reconduit au point de départ… »

… J’en suis restée coite…


Tu auras bien évidemment immédiatement compris que Pierre Bourdieu évoque dans les deux derniers paragraphes Philippe Sollers, qui a pris position pour la candidature d’Edouard Balladur lors des élections de 1995 (Contre-feux, 1998).

Toute ressemblance avec l’Omnicolas est absolument fortuite.


HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

8 commentaires

  1. Comme quoi pour se faire élire en France faut être le roi de l'esbroufe ! : )
    En parlant des balladuriens, De Villepin avait déclaré pendant la campagne qu'ils (lui et Chirac) allaient les "enculer avec du gravier", charmant esprit non? : )

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ M1 : effectivement, et le pire c'est de voir que tout le monde en a conscience, mais que ces esbrouffiteurs (!) sont réélus, confirmés etc. Sympathique en tout cas, le programme de campagne...

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. Une blogueuse qui cite Bourdieu : un vrai bonheur pour moi ! Je suis toute émue là... Pour de vrai.
    En plus Bourdieu avait raison... quelle que soit la lecture qu'on fasse de son texte...

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Madame Kévin : et plus je continue à lire, plus je m'aperçois de la force du message qu'il veut faire passer, et qui m'enthousiasme réellement. Soyez, soyons critiques : ne prenons rien pour acquis, surtout pas ce que l'on nous présente comme inéluctable. Je lis des choses sur la mondialisation, les grèves de 1995 et je me dis, waouw, j'aurais du lire ça plus tôt (pas en 1995, j'aurais rien compris, hihihi !).

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. Sur la fin de sa vie, Bourdieu était de ses rares avec aussi Daniel Lindenberg, à dénoncer cette novlangue et cette façon schizophrène qu'ont certaines élites de vouloir une vie pour eux et d'en donner une autre en exemple au peuple.
    Et ça va avec cette ambiance de culpabilisation de la classe moyenne !!

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Océane : oui, il dissèque très bien l'utilisation des médias et le "retournement" de leur discours comme manipulation d'une prétendue opinion monolithique. C'est assez libérateur de lire ça en ce moment, héhéhé...

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *