L’Inquisitrice aux Mille Masques

Il arrive souvent que l’on me contacte par ce blog ou par mon site pour me poser des questions sur l’Inde.

Pas de manière générale et désintéressée, mais de nombreuses questions très pragmatiques et directes. Ce sont de futurs résidents en Inde, expatriés, stagiaires, étudiants, qui ont besoin de savoir où ils vont mettre les pieds, concrètement. Comment ils vont vivre les prochains mois, les prochaines années, comment s’habiller, se comporter, s’intégrer. Savoir si l’on se sent en sécurité, comment trouver de la viande, un travail, un rickshaw, où se faire soigner, comment aider ses enfants à s’adapter à l’Inde. Ce sont des questions fondamentales, sur un quotidien qui paraît plus simple que prévu à l’arrivée mais devient progressivement difficile à mesure que les frustrations et les difficultés s’accumulent. Il y a une angoisse naturelle derrière ces questions, des inquiétudes, de l’excitation.

Tout cela, j’essaie d’y répondre. De la manière la plus complète possible, et si tu as déjà reçu un mail de moi, tu sais combien ils sont longs et détaillés. J’essaie de me mettre à la place de mon interlocuteur parce que chaque expatriation est différente, chaque famille a ses exigences et ses habitudes. Jamais de copié-collé donc, alors que les questions se recoupent toujours au final. Je tente de comprendre les craintes de la personne qui s’adresse à moi, d’y répondre, de devancer ses questions, la rassurer, la mettre en garde aussi et lui dire que l’expérience en vaut la peine même si ce n’est pas simple tous les jours. J’essaie d’être honnête aussi, en replaçant tout ceci dans le contexte de ma propre expérience, avec mes propres angoisses.

Je donne de mon temps donc.

Je donne de mon énergie.

Je donne de moi.

Et j’ai toujours eu en face de l’honnêteté et de la sincérité. Des questions plus personnelles, des retours aussi, des idées, un échange véritable et de la transparence. Parce que nous nous adressons d’égal à égal, mon expérience t’aide et ton expérience m’aidera (à continuer, à retrouver l’envie, à comprendre la mienne). Jusqu’à cette fois.

J’ai récemment été contactée par une femme qui s’installe en Inde avec sa famille. Quelques mails, de très nombreuses questions au point que l’aspect journalistique du flux m’avait quelque peu gênée, mais j’y ai répondu. Minutieusement, dans le détail comme toujours. Jusqu’à ce que je me sente vraiment mal à l’aise… l’impression à la fois qu’elle ne croyait pas à mes réponses tant ses nouvelles questions semblaient tourner autour de « ah moi, ça ne me pose pas problème… », « es-tu sûre que… ? », « et pourquoi on ne peut… ? ». L’impression qu’elle relisait l’Inde que je lui décrivais à l’aune des pays où elle avait vécu sans vouloir comprendre que non, ça n’a rien à voir. Le sentiment aussi qu’elle ne me disait pas tout, qu’elle éludait certaines choses, comme si elle prenait plus de notes que de conseils. J’ai donc arrêté de répondre longuement, et l’échange s’est tari.

Jusqu’à un détail qui m’est revenu. Elle avait laissé entendre que ses conditions de vie ne seraient pas faciles, mais un recoupement a tout à coup fait sens… a amené d’autres détails… et puis un vague souvenir. Un pays de résidence, un autre avant, et encore un autre avant. Et tout à coup…

Elle m’avait déjà contactée.

Un an et demi plus tôt. Pour me poser plein de questions déjà. Besoin de renseignements détaillés, et comment ça se passe en Inde pour ceci et pour cela, et comment on y vit, et comment et comment et comment. Un échange de plusieurs mails, inquisiteurs et contestataires déjà, sans qu’elle m’ait jamais informée ensuite si elle s’était finalement installée en Inde ou non. Elle m’avait donc déjà contactée.

Mais sous un autre nom.

Alors j’ai été étonnée. Je n’ai pas compris pourquoi elle n’a pas jugé utile de m’écrire simplement « tu sais, cette fois on part vraiment et je voudrais te redemander certaines choses ». Elle n’a pas jugé nécessaire de faire le lien, de me dire que je lui avais déjà donné beaucoup d’informations, que je pouvais aller plus vite cette fois. Elle n’a pas estimé intéressant de me dire que ses conditions de vie n’auraient sans doute rien à voir avec le quotidien un peu galère que je tâchais de lui décrire. A aucun moment, elle ne m’a arrêtée. Elle prenait des notes sans lâcher quoi que ce soit, sans donner d’elle. Me laissant me répéter, passer du temps, donner de moi.

Et elle n’a pas pensé qu’à un moment donné je pourrais faire le lien. Que je comparerais les mails.

En la relisant, sa conduite m’a semblé expliquer la méfiance que j’avais toujours ressentie à son égard. Pas claire, pas naturelle, qui demande beaucoup plus qu’elle ne donne tant en matière de détails personnels que d’analyses de fond. Ce genre de personne qui laisse parler les bavards comme moi et qui prend note. Une inquisitrice qui tout à coup lâchera un flux de mots qui ne s’adressent en fait qu’à elle, qui pousse ses interlocuteurs à parler, à dire, à livrer leurs analyses et leurs points de vue, tandis qu’elle restera toujours à la surface des choses.

Pourtant, nous avions des points communs. Mais l’étonnement blessé laissant la place à l’indifférence, je me suis dit que ce manque de transparence contamine souvent. C’est pour ça qu’elle m’avait semblé transparente, inintéressante et creuse. Elle a sans doute du arriver en Inde. Et comme la première fois elle ne m’a pas informée de la suite des choses.

Elle y rencontrera des personnes sympathiques et toute disposées à l’accueillir et à l’aider quand elle comprendra que non, l’Inde, c’est différent.

Des personnes à qui elle donnera encore un autre nom. Sans aucun doute.


HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

16 commentaires

  1. J'ai horreur des gens comme ça.
    Qui prenne prenne prenne et ne donne rien.
    Je pense toujours que ça cache bien pire en dessous. Des choses vraiment moches.

    (Et il faut toujours faire confiance à son instinct : quand on ne sent pas, c'est pas sans raison!)

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Shaya : moi de même... quand je prends conscience du manque de sincérité, cela me hérisse et je m'éloigne. Le plus possible...
      Oui, et ça à chaque fois je me dis qu'il faudrait que j'écoute mon instinct plus souvent... 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. Je rejoins Shaya: Toujours faire confiance à son instinct.
    C'est quand même un peu glauque ce genre d'échange... Rien qu'à te lire je ressens une certaine gêne, donc j'imagine ce que ça doit faire "en vrai".

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ LMO : oui, c'est absolument vrai et je l'oublie trop souvent...
      Il y a une déception bien sûr, et c'est exactement ça, un sentiment de gêne, à quoi ça sert que moi je sois la plus honnête et transparente dans ces cas-là. Autant donner moins, autant ne plus donner.

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. Ouaih je vois très bien le genre. Je reçois via mon blog des emails remplis de questions détaillées sur l'adoption (on m'a demandé une fois de valider leurs courriers de lettres de motivs à envoyer aux assoces !!), auxquels je m'efforce de répondre de mon mieux. Il m'arrive aussi de le faire par téléphone, voire même de recevoir des gens chez moi (surtout lorsqu'il s'agit de gens introduits via une mon entourage).

    Une fois que j'ai répondu aux moultes questions, j'ai rarement un mail de retour en réponse, genre "merci d'avoir pris le temps de de me répondre" ou même de me tenir au courant de leur projet. La politesse n'est là que lors du premier mail avide de réponses. Je recois aussi bcp de mails de fayotage, en espérant que je vais les pistonner auprès de l'assoce !!! Mais heureusement qu'il y a des exceptions à la règle, qui me rappellent, me tiennent au courant, me disent merci etc. Et c'est bien pour cela que je continue à "aider" les postulants dans le besoin. C'est pas à cause des cons qu'on va défavoriser les autres...

    Je le vois aussi dans mon boulot de bénévole. J'accompagne des familles en Inde chercher leur enfant, je passe des heures pour faire aboutir leur adoption, et ils ne m'adressent même pas la parole lors de nos rassemblements, ou ne me disent pas un "merci" lorsqu'on se quitte à Roissy. Mon boulot de bénévolat, je ne le fais pas pour récolter des lauriers, mais tout de même, l'ingratitude des gens me surprend assez souvent !!!

    Je crois que notre monde "occidental" est de plus en plus individualiste et toutes les relations devennent intéressées et jetables, donc cela cautionne ce genre de rapports "kleenex"... Moi je me bats contre ce genre de réaction pour l'éducation de mes mioches. L'altruisme est pour moi une forme de "l'évolution" de l'homme, et les réactions "à la kleenex" les ramène plutôt vers l'état sauvage... Quoique, les animaux sont souvent bien plus altruistes que les hommes !!!

    Bon sur ce, j'arrête de commenter sur ton blog, ou bien tu vas m'accuser de commenter avec un rythme de flux journalistique !!! 😉

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  4. Rien que le titre en disait long...mais je ne m'attendais pas à cette conclusion. Des gens qui donnent pleins de noms différents sur le net pour brouiller les pistes il y en a à la pelle...
    Peut-être que toi aussi tu es trop encline à te laisser embarquer dans des mails trop pointus, trop détaillés. Tu sais, même par mail, un échange doit rester un échange et ça doit d'abord passer par la fibre humaine. Pourquoi donnes-tu de toi aussi facilement? Les infos devraient se mériter, et être d'abord distribué aux personnes: respectueuse, polies, chaleureuse. Les inquisiteurs n'ont qu'à chercher par eux-même. Tu es peut-être beaucoup trop gentille dans le fond. Mais je suppose que tu fais aussi de belles rencontre dans la vie, parce que tu es ainsi. Il faut équilibrer...donner sans t'épuiser non plus. C'est important que tu puisses aussi recevoir en retour parfois. Ce sont les cadeaux de la vie, qui nous donnent la possibilité de rester généreux.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  5. Peut-être qu'elle avait changé d'identité depuis ^^
    C'est clair que c'est énervant ce genre de trucs !

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  6. Comme LMO, j'éprouve un sentiment de gêne, une sensation glauque et désagréable.
    J'aime les jeux d'identité quand ils s'annoncent clairement comme jeux. Et quand tout le monde connaît et utilise les mêmes règles...

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  7. Beuh...
    Outre le manque de considération et d'égards de base, c'est aussi te prendre pour une andouille, quand même. Ou alors c'est maladif.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  8. Les bras m'en tombent! Je dois être vraiment naive, mais pinaise, jamais ça me viendrait à l'idée de faire une chose pareille! Les gens n'ont vraiment aucun scrupule!
    (c'est pas la même que la mienne quand même?!)

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  9. Quand on est sincère et surtout sans arrière-pensée, je pense que ce type de mésaventures peut être très blessant..
    Maintenant, vu comme elle se comporte, je ne pense pas qu'elle soit heureuse quelque soit l'endroit ou elle est aujourd'hui !

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  10. j'ai cessé toute tentative bloguesque à cause de ça.

    donner la main pour se la faire mordre, s'offrir pour se faire utiliser, j'ai dit stop. ça ne mérite pas toute cette énergie dépensée.

    sinon pour élargir ta réflexion tu peux lire le dernier Rifkin.
    😉

    (perso je peux qu'il faut que les gentils braves gens trop peu nombreux se mettent à laisser les autres dans leur merde. qu'on stoppe toute activité gratuite une bonne fois. histoire de leur montrer où il va, leur capitalisme qui pousse jusque dans leur relations inter-humaines. une fois bien dans la merde ils comprendront et les bonnes volontés se réveilleront)

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  11. Ca fait longtemps que je ne suis pas revenue ici, woooooooooow, j'adore ta nouvelle banière, surtout l'engin à tête de mort que tu tiens entre les mains. 🙂

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *