Sesame seeds, zaatar and chickpeas

Give peas a chance

Dans une rue de Soho… j’ai surkiffé.

L’aveu du jour : j’ai poussé #LuiCEstCuir sur le sentier de l’addiction.

Culinaire l’addiction, sans pour autant qu’il s’agisse de baozi, de foies de volaille grillés à l’ail et au persil ou de chocolat (toutes choses tu en conviens dont on ne peut plus jamais se défaire quand on les a goûtées).

Non. J’ai fait goûter à #LuiCEstCuir mes… sauces de salade. [Chouyo, cet être de fulgurante bêtise.]

Nous avons des perversions de folie, je sais.

Le fait est que si je n’utilise jamais de beurre, ni pour saisir, ni pour tartiner, et qu’une plaquette ouverte pour un gâteau rancira en criant à l’aide dans mon frigo pendant des mois, je n’utilise pas non plus d’huile. Sans vouloir fuir les lipides que je compense largement d’autres manières, c’est plutôt que je n’y pense pas : parfois quelques gouttes d’huile d’olive pour des courgettes ou de l’ail grillés, une lichette pour la farce des légumes, une plongée de temps à autre pour préparer des bruschette, mais la bouteille déclinera patiemment sur une année entière.

Un jour où #LuiCEstCuir s’affairait en cuisine à me mitonner une de ces recettes qu’il prépare avec la minutie du chimiste, la méticulosité du physicien et l’enthousiasme de celui qu’il est, je frétillais pour ma part en tous sens autour de lui. Renifler son cou, tripoter son arrière-train, attendre prête à goûter toute cuillère/pincée/bouche qui passerait à portée de mes lèvres. Mais tâchant aussi d’ajouter au repas ceci, cela, oh on pourrait manger tel dessert, et on pourrait commencer le repas par cela !, toda toda of this, zyada of that. Car en cuisine j’ai tendance à laisser l’inspiration prendre le dessus, sans mesurer vraiment les quantités, sans avoir de ligne directrice, la gourmandise comme seul guide. De ce fait, la béchamel me convient moins que le vindaloo ou le wok… En cuisine, #LuiCEstCuir est donc la tête, et moi le n’importe quoi.

Et je me mis à préparer un peu de salade pour l’entrée.

Je prépare les feuilles, les lave, les essore. Un ramequin pour préparer la sauce pendant que la laitue attend sagement. Et je plonge la cuillère à soupe dans… un pot beige sans étiquette. Mystère. La plongée est lente, lourde, je remue lentement, difficilement. Cela colle, agrippe la cuillère, l’aspire. #LuiCEstCuir me regarde ramener dans le ramequin une pâte semi-liquide, sirupeuse, à la couleur de mastic. Je chantonne.

Gestes gravés dans ma mémoire, senteurs exquises. Le sésame. La tahina. Odeurs de l’enfance, saveurs de l’adolescence, premiers pas en cuisine.

Tahina

Simplissime. Et délicieux.

Je toudoudidoume, saisis la sauce de soja d’une main, en jette quelques gouttes dans la tahina. Combien ? Voilà bien une question qui ne m’a pas traversé l’esprit… je ne sais pas… un peu ? Je touille. Le mastic se marbre de stries couleur de café, et le beige ne tarde pas à l’aspirer. Ma pâte de sésame se corse, devient noisette claire, plus lisse, plus liquide, je goûte. Je détaille un peu d’un minuscule piment rouge qui rejoint la laitue, sur laquelle je verse la sauce.

Yeux brillants, sourire gourmand, je jette un regard à #LuiCEstCuir, étonné et avide d’en savoir plus…

Depuis, chaque repas est une lutte.

« Hmmm, on pourrait se cuisiner ça ce soir. Et… [yeux papillonnants] et… [regard de vénération] tu ferais ta sauce pour la salade ? ». Je ne sais paaaaaaas… peut-êêêêêêtre… tu sais, la tahina, faut pas en abuser… Bon j’avoue. J’aime être la Déesse de la Sauce Tahina… parce que sous peu je vais parvenir à convaincre #LuiCEstCuir de me faire des offrandes sous forme  de boeuf bourguignon !!!

La prochaine étape ? Lui faire découvrir le zaatar

HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

6 commentaires

  1. Les foies à l'ail rahh

    Les sauvés salades à base d'hoummous aussi font relever les hommes ! 😀

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Esme : nan mais le foie et l'ail et le persil, c'est la tentation dans la poêle !!! Et puis bon, hein, à partir du moment où il y a de l'ail ou des abats, je ne jure plus de rien donc là... 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. Est-ce qu'on a le droit un jour de savourer tes sauces sans cette abomination verte et immonde en feuilles ? (la salade c'est le mal)( (si si) 😀

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Nekkonezumi : avec des falafels alors ! Est-ce que l'aversion concerne aussi les endives ? Nan parce que endives/avocat/crevettes et tahina, c'est délicieux aussi 🙂 Je n'ai pas osé tenté pommes de terres ou pâtes avec tahina hein... mais on y arrivera peut-être un jour 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *