Yourope

Apparemment, il y a eu des élections en France.

Des élections françaises.

Franco-françaises en fait.

Je ne peux pas t’en dire beaucoup plus, car j’ai du me tromper : dans mon bureau de vote où l’on passait la veille l’oral du bac d’amharique et celui de néerlandais, je suis allée voter pour des élections européennes. Mais j’ai du vérifier à plusieurs reprises si j’avais bien compris le propos et l’enjeu. Sur la quinzaine de professions de foi imprimées par les partis qui en avaient les moyens, une seule ne comportait pas le mot « France » et ne parlait que d’Europe. Deux seulement affichaient un drapeau européen, deux autres cachaient dans un coin une vague euro-étoile. Les problématiques soulevées (quand il y en avait) étaient la France, la situation française, l’identité française et le rôle (apostolique) de la France.

Mais il s’agissait bien de voter pour des élections européennes, hein…

Depuis hier soir, ce sont les jérémiades. Les grandes eaux. La complainte française contre la connerie française. Et je suis en joie car mes disciplines sont convoquées à tour de bras ! Toute l’Histoire se déroule à mes pieds : les « plus jamais ça », les « no pasaran » se multiplient, on se réfugie dans le passé en faisant abonder les références historiques car il est beaucoup plus aisé de se raccrocher à des slogans qui claquent que de réfléchir à la disparition de la question de la justice sociale au profit de la sécurité et de l’identité nationale. On invoque la géographie aussi (c’est dire si l’on est désespéré !!!) : c’est un « séisme », c’est un « tsunami », en revanche prendre acte du fait que le modèle de la démocratie libérale est à refonder tout comme le vouloir vivre ensemble, ça non.

Mais c’est normal : l’éducation civique reçoit toujours la portion congrue du temps de parole et du temps de cerveau disponible.

Naples Coup de tête

Santons de la via San Gregorio Armeno, à Naples.

Fulminons donc.

Contre l’autre, contre ceux venus d’ailleurs qui prennent « notre » travail et « nos » allocations, contre ceux qui décident de notre avenir dans un Parlement et une Commission à l’autre bout du monde apparemment. Fulminons contre les mauvais Français, ces citoyens qui ne pensent pas comme nous, ne font pas comme nous (ils ont voté FN parce qu’ils 1) protestent, 2) se font manipuler, 3) sont désespérés : ça va, le mépris et la condescendance ?).

Contre ces abstentionnistes qui ont le CULOT de n’être convaincus par aucun des discours ou qui dans leur droit le plus strict se désintéressent de voter. Mieux encore, fulminons contre ceux qui n’ont pas voté UTILE (soyez stratèges, soyez calculateurs, soyez de vrais démocrates : votez donc comme si vous étiez un militant du MJS ou de l’UMP…).

Fulminons contre tous ceux qui, ne pensant et ne faisant pas comme nous, font « le jeu du FN » depuis 20 ans. Fulminons contre la liberté qu’ont les gens de choisir pour qui ils votent et de choisir de ne pas aller voter. Si tu as une mauvaise note, ce n’est pas parce que ton camarade a mieux travaillé. Si un parti ne convainc pas, la faute n’en revient pas au parti d’à côté ou, pis !, à l’électeur. Et à ceux, de gauche ou non, qui prennent l’électeur pour un con, le traitent de con quand il vote, le traitent de con quand il ne vote pas, il faudrait peut-être s’interroger enfin sur ce qu’est pour vous, la démocratie.

Oui : il va falloir sérieusement songer à donner des cours d’éducation civique aux adultes…

Et peut-être aussi s’investir, militer, créer, réfléchir, participer et agir. Pour l’Europe comme pour la France. La leçon d’hier c’est la désaffection consommée du vote de gauche, le discrédit du PS, l’effritement sans retour du vote ouvrier et des couches populaires, et celui des milieux intellectuels pour le vote tout court. Conspuer les jeunes abstentionnistes, entre autres, alors que ni toi, ni moi, ni les partis eux-mêmes n’avons plus aucune foi dans la parole politique est d’une hypocrisie indigne. Les jeunes abstentionnistes sont cohérents, eux.

Pour ma part, l’Europe est inscrite dans ma chair avant même que de l’être dans mon âme, et ma devise en la matière est celle de Charles Quint, le dernier véritable Européen.

J’espère donc.

La dissolution.

Celle du PS, qu’enfin la gauche et les gauches puissent, libérées de ce boulet mortifère, se refonder autour des questions de justice sociale et d’intégration européenne. Celle de la France, qu’enfin elle se fonde dans les frontières plus larges de l’Union.

Plus ultra.

Oui.

HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

16 commentaires

  1. Très drôle: tu dis a peu près ce que je viens d'écrire à quelqu'un (que je ne connais pas) et qui fustigeait les électeurs du FN; puis devant ma diatribe contre-versante répondait: les gens n'ont qu'à s'informer (y'a qua, faut qu'on,vrai con) ce qui m'a fait répondre: éducation civique!
    J'ai bien, ce matin, aimé le 8-9 de France Culture avec un débat ouvert et modéré sans trop d'ethnocentrisme français!
    Sinon j'en profite pour te dire combien ton bonheur me fait joie (même si cela me donnera encore moins l'occasion-et surtout le temps- de te revoir). Je suis sincèrement heureuse pour toi!

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Jelaipa : hihihi, les esprits remontés et agacés à la fois se rencontrent 😉 Oh je ne l'avais pas entendu ce débat, celui qui avait lieu sur Mediapart était très européen et moins francocentré aussi, ça changeait un peu.

      Merci beaucoup chère Jelaipa, et j'espère juste que cette année se finisse vite pour avoir du temps pour te voir notamment. Cela n'a été que partie remise et remise encore, mais le plaisir de te revoir sera aussi grand que celui de t'avoir rencontrée la première fois ! Et c'est totalement sincère. Donc à très très vite !!! 🙂

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. Tout le monde est responsable et personne ne réagira.
    * Le PS qui fait une politique nationale tellement éloignée de son programme de 2012
    * L'UMP qui met en avant son opposition sur le mariage pour tous et l'immigration (qui statistiquement n'existe plus en France) en oubliant l'économie.
    * Nos gouvernements depuis 10-15 ans qui ont arrêté de réfléchir à l'Europe et de s'y impliquer
    * La commission européenne de plus en plus débile
    * Le conseil européen tout aussi, mais qui en plus ne réfléchi que sur son intérêt propre ou l'intérêt national que le chef de gouvernement est venu défendre en oubliant l'intérêt collectif (le B-A-BA de la théorie du jeu et du dilemme du prisonnier)
    * Les média et essentiellement l'audiovisuel qui est dramatique dans ses reportages et ses interviews
    Et enfin, parce qu'il ne faut pas les oublier, les Français, les électeurs, qui demandent systématiquement tout et son contraire :
    Du bipartisan, et la fin de l'UMPS
    Qui disent vouloir une politique pour leur enfants et qui font tout pour bruler le futur
    Qui disent merde à l'Europe technocratique et envoient des élus qui ne travailleront pas au Parlement européen
    Qui se disent patriote et votent pour un parti qui veut que l'Europe et la France deviennent vassale de la Russie
    Qui en a marre de la corruption et votent pour le parti le plus corrompu ou réélisent les maires les plus corrompus
    Qui veulent en avoir pour son argent et votent pour des maires dont la 1ère décision est d'augmenter leurs indemnités
    Qui votent pour les élections qui donnent le moins de pouvoir aux élus et boudent celles qui sont les plus importantes.

    Donc oui, comme tu le dis, un peu d'éducation civique des adultes seraient pas mal, mais il y a tellement plus à faire que je ne sais pas, je ne sais plus.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ K_narre : tu détailles très bien tous les manquements des dirigeants politiques depuis 20 ans, et le ton que tu utilises... c'est cette lassitude et ce désenchantement de notre génération. J'ai le sentiment pour ma part, depuis 2002 mais bien avant en fait, d'avoir été utilisée comme bouclier et que le FN était un bon épouvantail pour faire culpabiliser et en même temps masquer l'incompétence réelle de ceux qui dirigeaient alors. Je ne sais plus non plus. Je sais que face à moi, des jeunes forment leur compréhension du monde, peut-être aussi leurs futurs engagements : leur donner quelques clefs déjà, et ensuite... je ne sais pas non plus...

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
      • Sinon pour revenir à ta réflexion de cours d'éducation civique pour les adultes, la tranche d'age qui vote le plus FN c'est les jeunes. Nous payons un système éducatif qui s'effrite de plus en plus et court vers la ruine ainsi que la société qui bloque la jeunesse pour préserver sa vielle plutôt qu'un problème d'éducation civique des adultes AMHA

        HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
        • @ K_narre : absolument, mais en ce qui concerne l'abstention. Là je parlais en réalité de cours d'éducation civique à l'usage des tranches d'âge plus élevées (25-40 ans ?) qui fustigent ceux qui ne sont pas allés voter, ce qui est pourtant leur droit le plus strict, et surtout quand on ressort tous les arguments les plus stupides (j'ai quand même lu "des gens sont morts dans des camps pour que l'on puisse voter" : euh non, les gens ne sont pas morts dans les cas pour cette raison-là...).

          HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. Ces élections (que j'ai du mal à qualifier "d'européennes" tant la campagne fut indigente) signent la Postmodernité: une représentation politique confisquée, toujours plus hors-sol & déconnectée, débitant une parole démonétisée, un théâtre d'ombres étranger à la notion d'intérêt général. Le triomphe du FN & de son cynisme nauséeux rendent plus que jamais nécessaire l'implosion de cette oligarchie* !
    * BON notion certes prête à l'emploi, galvaudée, mais je pense en rien hors-sujet compte-tenu du degré de sclérose de nos "élites" autoproclamées...
    a presto, Antoine

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Timidoesteta : oui, absolument... où était donc l'Europe dans ces élections ??? Ton analyse est très juste (comme toujours en la matière), l'intérêt général est devenu une notion has-been et oui, il y a bien de la fin de la République romaine dans tout ça. La confiscation du pouvoir, il suffit de voir qui reprend la main à l'UMP..., ou en tout cas ce sentiment-là parmi les électeurs. Il manque aujourd'hui la personne qui aura le courage de refondre et refonder les institutions, et ce n'est qu'en cas de crise grave que cela est réellement possible... #Soupir

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Des pas perdus : yeah !!! 🙂
      Bon. Il ne me reste plus qu'à bosser à fond sur les programmes que j'enseigne pour y insuffler un maximum de questions d'éducation civique et de questions politiques actuelles, exit le sociétal... #ChouyoUneFemmeUnProgramme 😉

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  4. N'empêche que je continuerai à regarder le FN de travers, hein. Et que je continue à me demander à quoi sert le vote blanc si personne ne s'en sert non plus 🙂

    Après, là où tu touches du doigt le noeud (coquine) du problème : que signifient encore ces sigles en haut des affiches ? Suffit-il de rebaptiser l'Union pour la Majorité Présidentielle pour la recaser là où était le RPR avant ? etc etc... sérieusement, si je devais m'engager maintenant, je crois que je ne saurais pas auprès de qui/quoi.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Nekkonezumi : ohla, mais il faut regarder le FN de travers et il ne faut d'ailleurs surtout pas détourner les yeux ! Je réfléchissais plutôt à la diabolisation, passée des dirigeants du FN à leur électorat.
      Le vote blanc, j'ai regardé un peu après notre conversation : première élection où il compte, il faudrait laisser le temps à l'acte de prendre de l'ampleur.
      Entre le RPR et l'UMP il y a eu un glissement très net malgré tout, du conservatisme traditionnel au populisme qui bouffe à tous les râteliers (et là, le RPR reprend la main pour l'instant) ; si le PS devenait un parti social-démocrate par exemple, on y retrouverait les mêmes c'est certain mais cela permettrait de mener une politique cohérente par rapport à leur "nom" et à d'autres de pouvoir se placer en tant que véritablement socialistes. El Fennec me rappelait à cet égard le New Labour de Tony Blair qui lui a permis de contourner le Labour...
      Je me pose la même question : je sais vouloir m'engager, mais... auprès de qui et sans avoir la crainte de "me faire avoir" (et c'est drôle, c'est exactement cette idée de "s'être fait avoir" qui motive je crois à la fois les électeurs du FN et les abstentionnistes).

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  5. Belle plume, comme l'a écrit Des pas. Je dirais "sensible" (intelligent-e) plutôt que "smart".
    Charles Quint... "Plus Oultre", contre les colonnes d'Hercule (un ancien mur de Berlin, ou des Lamentations). Je fulminerai (de mon "désir d'être un volcan") contre tous ceux qui ne loueront pas ce commentaire !

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Lou de Libellus : et tout d'abord "olééééé, gloire, louanges !!!" pour ce commentaire ! (Ah, tu as demandé à ce qu'il soit loué, loué soit-il alors 😉 ). Et je te souhaite la bienvenue ici 🙂
      Si on peut au moins aller crapahuter au-delà des colonnes d'Hercule pour voir ce qu'il y a, ce sera un premier pas, et ensuite on pourra voir si faire tomber lesdites colonnes est utile voire souhaitable 😉
      J'avoue ne parler ici que d'un ressenti, d'un feeling... ce qui réduit aussi mon propos et ne le rend pas très effectif : pourquoi je le sais mais avec qui, quand et comment s'engager ??? Ce sont les questions fondamentales que je me pose sans avoir encore trouvé de réponse satisfaisant à la fois mes illusions et mon besoin de les rendre concrètes.

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *