Jamais sans mon piment !

[Demain, tu connaîtras les résultats du concours « India Folaïes 2 ». Pas facile d’attendre je sais, mais sache qu’il a été trèèèèèèèès difficile de vous départager, que cela s’est joué à un poil de chameau…]

Chine Canton Cantine PimentJe n’imagine plus depuis des années une table asiatique sans ce pot.

Ici, dans une cantine à Canton.

Il y a du y avoir un temps où je ne mangeais pas relevé. Mais depuis une dizaine d’années, j’ai commencé à apprécier les plats finement pimentés, et encore plus après avoir habité à Taïwan où l’excellente gastronomie allie savamment les influences japonaises et coréennes (des cuisines asiatiques très peu grasses mettant l’accent sur des produits de qualité dont il s’agit de révéler le goût) à l’héritage d’une cuisine sichuanaise (qui baigne dans une huile soit pimentée soit, surtout, très poivrée) et de la cuisine locale (fruits de mer et poisson à la vapeur ou revenus).

Au gré des voyages, j’ai appris à distinguer le goût qu’il y a derrière les différentes manière de relever des plats, à ne pas les céder au mot « épicé », qui en soit ne veut pas dire « fort », à apprécier aussi jusqu’à… ne plus pouvoir m’en passer. Tu me diras, c’était un bon point pour ensuite apprécier l’Inde dans tous ses aspects. Au point où j’ai pu goûter et réellement m’intéresser au plat national bhoutanais (ema datse), composé de piments rouges séchés avec une sauce au fromage par-dessus : c’est tout, parce que le piment est considéré comme un légume au Bhoutan ! Moi, j’ai trouvé ça intéressant, très relevé il faut le dire, mais étonnant aussi gustativement. Parce que chaque type de piment a un goût, réellement, et ne se contente pas juste d’être « fort ».

Piments BhoutanAu Bhoutan, le « légume » national sèche sur le bord des routes.

Bizarrement, les plats que je trouve les plus forts ne sont pas ceux à base de piment, mais plutôt de poivre ou de moutarde. Cela monte au nez, cela amène les larmes aux yeux, cela envahit et dure… Le piment est beaucoup plus rapide dans son effet, violent mais passe aussi plus rapidement.

De ce fait, mon jugement est quelque peu déformé : lors d’un repas à Valladolid au Mexique, je me jette avec avidité sur des jalapeño rilieno (de gros piments verts fourrés au fromage). Tac me demande si c’est bon, j’acquiesce la bouche pleine, enthousiaste. Je le vois alors blêmir et rougir tour à tour. Il a passé la soirée à tenter de soulager sa bouche en feu.

Aujourd’hui, j’essaie donc de faire attention : en conseillant des plats et des restaurants à des amis, je m’empresse d’ajouter que la nourriture est relevée. Mais pas trop en même temps. Je ne sais plus vraiment. Mais les gens me voyant manger à pleines bouchées des plats bien rouges ou des curries verts, me suivent, mis en confiance. Les pauvres. Mais pour eux, je suis en train de faire la liste des plats indiens non relevés, car il y en a.  Je déçois aussi très souvent les serveurs en Inde, tout contents de m’assurer (car je suis Occidentale, donc je ne mange pas spicy…) que le plat est doux : euhh, en fait, vous n’avez pas un plat plus fort ? Et la pizza de recevoir une bonne giclée d’olio piquante

Taiwan Taipei Patara Boeuf au basilicSalade de boeuf au basilic et au piment : toute la Thaïlande en un plat.

Ici, dans un des meilleurs restaurant thaïlandais que je connaisse :

le « Patara » (Bangkok, Taipei, Singapour, Londres et Genève…).

Un de mes plats favoris ? La salade de boeuf au piment rouge, un des nombreux délices de la cuisine thaïlandaise. Et depuis toute ses années, Tac me voit préparer la salade, la servir et… cisailler au-dessus de mon assiette un piment vert. Ou préparer des légumes sautés et les assaisonner pour moi d’une sauce mêlée de sauce de soja, citronnelle, ail et… piment rouge. J’adore.

Je continue à apprécier pleinement les plats « doux », non relevés… mais une modification dans mes goûts à surgi depuis que j’habite en Inde. Si la qualité du produit ne justifie pas qu’on le déguste tout simplement, seul, j’ai besoin que lui soient adjointes des herbes, fraîches de préférence, ajoutées pendant la cuisson ou au moment de servir. J’ai besoin aussi dans la simple purée de pommes de terre de cette fameuse pincée de noix de muscade, ou dans les pommes cuites d’une touche de cannelle. Avant, j’aimais bien mais là, cela devient important : pas trop, juste ce qu’il faut pour révéler le goût. J’utilise plus d’ail encore qu’avant. Du persil à foison. Et même un peu de clou de girofle dans le jus de citron.

Et voilà. Je suis irrécupérable.

A défaut d’avoir jamais eu un palais à vin…

Apporva Paneer tikkaLe « paneer tikka » de l’Apoorva : un délice.

HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

32 commentaires

  1. Ah tu m'as fait rire avec le plat national Bhoutanais !! c'est une destination où j'ai toujours eu envie d'emmener Monsieur, et là, maintenant, j'hésite!

    Dis donc tu manges les piments à mains nues ? comment tu fais ??

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Madame : comme pour beaucoup de choses, c'est en s'habituant progressivement. Le fromage bleu, par exemple, je pense qu'on en vient à en manger de grosses tartines au bout d'un certain temps, on s'habitue, on éduque son goût (parce que c'est acide, très salé, voire cela pique). Le piment, c'est pareil : au début tu commences par faire des sauces (genre vinaigrette) où tu fais mariner rapidement un peu de piment que tu enlèves, cela relève le goût mis pas trop, puis tu laisses le piment, puis tu en incorpores dans ta nourriture !
      Mais rassure-toi : au Bhoutan, et c'est un des gros inconvénients du pays qui n'en comporte que deux, tout le reste étant grandiose, la nourriture est totalement standardisée pour les Occidentaux qui visitent. Et comme tu n'as absolument pas la possibilité de voyager par toi-même, tu mangeras les buffets des hôtels, la cuisine est correcte et roborative, et surtout absolument pas relevée, agrémentée d'herbes ou d'épices etc.

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Angélita : aïe, tu as confondu un piment avec un bout de poivron ou quelque chose comme ça ? Bon, OK, j'arrive avec ma tambouille 😉 !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  2. j'en ai l'eau à la bouche. tes photos miAAM...
    mon papounet400 m'a appris à manger relevé (très). En Asie je me régale. Je fais des currys et des chilis qui font que mes hôtes se jettent la tête sous le robinet, mais moi je ne bronche pas.

    J'ai eu quand même un peu "chaud" quand j'ai mangé dans un banana leaf indien, en vacances...

    D'ailleurs les piments sont de très bons désinfectants alimentaires. C'est pour ça qu'on en trouve dans toutes les zones endémiques...

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Miss400 : ahhhhhhhh, toi tu me comprends !!!
      C'est vrai que je me suis toujours demandée pourquoi on dit que le piment, c'est mauvais pour les intestins etc. Je n'en suis pas du tout sûre, la crème et les sauces au lait de coco sont très laxatives, je veux bien le croire, mais le piment ? En revanche, j'ai le nez qui coule quand je mange du piment... (Moufette, LE glamour incarné !)
      Hahahaha, j'ai bien aimé t'imaginer restant tranquillement à table pendant que tout le monde devient rouge !
      C'était le Banana Leaf de Little India à Singapour ? Si oui : hmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm !!! Parfois aussi, ça chauffe bien. Mais la gourmandise prend le dessus !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
      • moi aussi j'ai le nez qui coule, marrant! c'est de famille chez moi, la goutte au nez pimentée! (on serait pas un peu cousines, des fois?)
        celui de little india à kuala!
        j'adore...

        HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
        • @ Miss 400 : il doit y avoir une réaction physiologique qui explique ça, piment = nez qui coule (ouaaaais, on est cousines de nez qui coule !). Tac aussi d'ailleurs.
          Il y a un "Banana Leaf" à Kuala Lumpur ? C'est bon à savoir (je n'avais pas du tout été contente côté cuisine en Malaisie : la cuisine chinoise était pas géniale, la cuisine malaise trop proche de l'indonésienne que je n'aime pas vraiment (bizarre, une des seuls gastronomies qui me déçoit à chaque fois, où que ce soit (cantines, excellents restaurants, en France, en Asie du Sud-Est) : peut-être qu'en Indonésie même cela me plaira plus ?) mais c'est une très bonne idée d'aller dans Little India !). Si tu as d'autres adresses pour un prochain voyage 😉 !

          HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  3. Dans "la cité de la joie" (je parle du livre, pas du film honteusement ridicule/comique avec feu Patrick Swayze)il parlait du fait que manger pimenté donnait une sensation de satiété car on mangeait de ce fait plus lentement pour ne pas s'arracher la bouche, et comme en Inde en l'occurence, pas mal de gens avaient peu à manger, ça aidait...
    Entre ça et les pan, tu peux tourner à 100 calories par jour quoi...

    Personnellement je trouve que trop de piment tue toutes les saveurs des aliments, donc moyen pour moi; cela dit j'adore les herbes et le gingembre.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Spike : effectivement, il y a une sensation de "plein" avec la nourriture pimentée. Et avec les multiples épices, le fait qu'il y ait de nombreuses saveurs satisfait aussi plus rapidement.
      Je te trouve un peu dure : 120 calories, allez ! Quoique le "paan", si tu rajoutes de la confiture de rose, du sucre, et tout et tout... Mais bon, ça c'est du "paan" de luxe !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  4. j'adore les plats pleins de saveurs, mais pas nécessairement pimentés (rapport au fait qu'un jour, pour faire ma merdeuse, j'ai avalé une pleine cuillerée à café de sauce au piment oiseau. Ont suivi 24h sans la moindre alimentation.)

    ma tarte à l'oignon, par exemple, j'y mets de la cardamome, de la tomate concentrée et du paprika. Même les gosses se battent pour en manger (mes bééébééééés!)

    (ps: la fleur de sel au combava, t'as essayé? groumpf miam!!!!)

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Daydreamer : aïe, oui, il faut y aller doucement 😉 !
      Hmmm, cela doit être super bon ! Tu la mets comment la cardamome ?
      Non, pas essayé, tu en trouves où (c'est pas chez Pokanel que tu as eu ça ?) ?

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  5. MMmmm... j'arrive sur ce savoureux post pile à l'heure du déj : ) j'aime bien quand c'est épicé juste un peu, pas quand ça arrache la gueule, j'ai quelques mauvais souvenir avec la cuisine Thaï et Mexicaine, et pourtant en africanie, j'ai l'habitude de l'harissa qui est à base de ce même piment rouge assimilé au piment de cayenne et qui est appelé depuis la nuit des temps "barr laabid" (contrée des esclaves) en référence à son origine. Dans l'ancienne médina, en été, les toits sont rouges de ce piment qui sèche au soleil, il est séché aussi dans les exploitations agricole en bouquets suspendus, je dois avoir quelques photos : )
    Laisser sécher en bord de route, il doit y avoir un taux de bactéries et de dioxines assez respectable : )

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ M1 : j'ai l'impression que les piments africaniens (c'est ça, hein 😉 ?) sont différents des piments asiatiques. Mais dans les restaurants thaï, cela n'est habituellement jamais si fort que tu sois complètement anéanti : normalement, c'est très fort tout à coup et hop tu te jettes sur les crevettes revenues à l'ail et à la citronnelle pour apaiser le piment. Un va-et-vient culinaire en fait. J'ai trop faim là...
      Waouw, cela doit être magnifique, sur les toits ! Là, le Bhoutan a en fait un environnement très sain car peu d'habitants, peu de voitures et uniquement des voitures ultra récentes (donc peu de pollution comparé à tous les pays autour et à pas mal d'autres pays dans le monde), donc s'il y a un endroit où les piments peuvent sécher sur les routes c'est ici ! C'est sûr qu'il vaudrait mieux utiliser un des alpages du coin, mais bon...

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Electroménagère : oui, c'est une spécialité de la région, on la trouve aussi en Malaisie, le "chilly crab" ou le "crabe à la diable". J'ai une photo de Tac en train d'en manger, il est rouge de partout, mais il se régale !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Miss Brownie : et même en t'y habituant petit à petit, en commençant par des sauces où le piment a juste un peu mariné au début ?

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  6. Les petits piments rouges asiatiques n'ont pas du tout le même goût que les piments rouges africains. Ils sont moins forts, plus subtiles. Moi aussi j'adore tout ce qui est "spicy" et c'est dur à Paris de trouver des restos qui ne cèdent pas à l'exigence du palais occidental.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Mamzellescarlett : ahhh, ça je ne connaissais pas la différence avec les piments africains. C'est tellement vrai : quand on prend un plat thaï, indien ou autre ici, c'est toujours adapté. En revanche, je n'ai jamais essayé les restaurants antillais ou africains de Paris, je me demande si là aussi c'est adapté ? Mon ancienne colocataire martiniquaise m'avait fait goûté de la morue marinée cuisinée par son père, extrêmement forte mais un délice !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  7. MMh les photos me donnent faim.
    J'ai bien un peu spicy mais pas trop tout de même. Disons que j'aime légèrement + épicé que la moyenne, si je me fie aux goûts de mes collègues.

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  8. Ben voilà...tu es accro, c'est malin ça ! 😀
    Moi le piment, j'ai quand même un peu de mal à en manger et à apprécier, mais c'est sans doute également un manque d'habitude, tout simplement.^^

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
  9. Je suis comme toi, c'est venu petit à petit, et maintenant je ne dis pas non à une petite tartine de harissa, ou à une salade parsemée de piment oiseaux...Même pas mal 🙂

    HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)
    • @ Océane : hahahahaha, moi de même ! Même si parfois je me fais avoir : à force de ne pas trouver cela si fort, j'en mets plus ou bien j'y vais à pleines dents et je me dis "gloups", hihihi !

      HIIIIIIIIIIIII !!!(0)Boah...(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *